Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage / Maya Angelou

Une plongée dans les États-Unis des années 1930-1940 et dans la vie d’une figure afro-américaine emblématique.

«La femme noire [...] prise entre les triples feux croisés du préjugé masculin, de l'illogique haine blanche et de l'absence de pouvoir noir.»

2

Années 1930, Arkansas. Maya Angelou, de son vrai nom Marguerite Johnson grandit dans le Sud des États-Unis où sévit encore la ségrégation. Elle est élevée, en compagnie de son grand frère, par Momma, sa grand-mère. Petite fille mal dans sa peau, Marguerite n’aura de cesse d’être bousculée par la vie. Mais ce sont ces expériences qui vont l’amener à mieux comprendre la place des femmes noires dans la société américaine.

1

«Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage» fait partie de ces livres que l’on est heureux de pouvoir caser sur l’étagère des livres lus. En tant que féministe, j’étais impatiente de découvrir l’une des écrivaines, poétesses et activistes américaines la plus emblématique de la lutte pour les droits civils et de l’afro-féminisme. Et la rencontre fut belle!

Au travers de ce récit autobiographique d’enfance et d’adolescence, Maya Angelou va donner une voix à la réalité vécue par les femmes noires aux États-Unis. Elle y aborde notamment la ségrégation, les humiliations, la pauvreté, les violences sexuelles ou encore les critères de beauté calqués sur ceux des Blancs.

«Si grandir est pénible pour une petite fille noire du Sud, être consciente de sa non-appartenance c’est la rouille sur le rasoir qui menace la gorge. C’est une insulte superflue.»

Mais, «Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage», malgré son contexte très dur, est un roman extrêmement positif qui célèbre l’empowerment. Effectivement, l’auteure, malgré un environnement où tout la pousse à s’effacer, à rester à sa place, continue de s’élever, d’apprendre, mais aussi de changer de voie quand elle le souhaite. Elle met également magnifiquement en valeur le rôle des femmes emblématiques de sa vie comme sa grand-mère, sa mère, certaines enseignantes, qui, grâce à leur protection, leur encouragement, leur exigence, ont fait d’elle la militante et la femme de lettre qu’elle est devenue.

«[…]elle m’avait donné son sésame pour conjurer le magicien qui serait à mon service toute ma vie: la lecture.»

En plus de l’élan de vie fulgurant qui ressort de ce roman, le lecteur profite de la plume d’une poétesse qui sait alterner entre les métaphores parlantes et l’économie des mots au profit de la justesse des descriptions.

En résumé, un roman à mettre entre toutes les mains, pour la beauté de l’écriture et celle du message.

Maya Angelou, «Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage» (titre original: I Know Why The Caged Bird Sings), chez Le Livre de Poche, 1969.

Publicités

2 réflexions sur “Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage / Maya Angelou

  1. Je crois que j’en avais déjà une mini chronique qui m’avait fortement donné envie de le lire, mais en découvrant ton avis j’ai envie de me l’acheter tout de suite, les citations me touchent profondément.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s