« Le cochon de Gaza », ça commence comme une histoire drôle…

Critique d’un petit film qui aborde un thème grave de manière légère. Pas forcément concluant, mais sympathique.

le-cochon-de-gaza-affiche

2

Jaafar, un pauvre pêcheur palestinien, attrape dans ses filets un cochon vietnamien. D’abord terrifié par cet animal impur selon sa foi, il souhaite par tous les moyens s’en débarrasser. Puis, il se rend compte qu’il pourrait tirer profit de ce cochon et améliorer son quotidien et celui de son épouse en débutant un commerce surprenant avec une colon russo-israélienne. Un commerce qui n’est pas sans risque, cependant.

1

Quoi de moins drôle que le conflit israélo-palestinien? Peut-être l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. On peut donc se demander comment il est possible d’être drôle en parlant du conflit incessant et meurtrier entre Israël et la Palestine. «Le cochon de Gaza» de Sylvain Estibal y arrive plutôt bien.

Le_Cochon9625_1200

Ce film est une fable guignolesque où Jaafar, un pêcheur malchanceux (ou chanceux, c’est selon) tente par tous les moyens de trouver une solution à son problème porcin (vente, exécution, voire déguisement). Un problème qui va même le mener vers le terrorisme, c’est dire! Les aventures de ce dernier ne pourront laisser insensibles tant certains dialogues sont des perles d’humour noir et également parce qu’il est impossible de ne pas s’attacher au personnage de Jaafar (interprété par Sasson Gabai) avec sa bouille de chien battu.

le-cochon-de-gaza_387557_7073

Mais est-ce pour autant un bon film? J’aurais bien aimé dire oui, mais on ne peut pas dire que cette production belgo-germano-française brille par son originalité. La mise en scène est classique, mais reste agréable. Cependant, sur la fin, le film dégénère et livre une sorte de happy end qui sort de nulle part, avec une morale un peu gloubi-boulga soyons-tous-amis. Malgré le fait que je sois totalement en accord avec cette morale (en même temps, comment ne pas être en accord?), je trouve que la scène de fin a la finesse d’un épisode de «Camping Paradis».

cochon-7

Est-ce que je recommande tout de même «Le cochon de Gaza»? Oui, parce que, malgré tout, le film m’a fait quelques fois sourire et il a un capital sympathie débordant.

Le test Bechdel:

Le film ne passe pas le test, car les deux personnages féminins n’ont pas de discussion intelligible à l’écran.

En résumé, un film à voir pour sourire un bon coup, pas pour augmenter sa culture cinématographique.

Publicités

7 réflexions sur “« Le cochon de Gaza », ça commence comme une histoire drôle…

  1. Je rejoins également ton point de vue. J’avais passé un très bon moment mais la fin me semblait un peu trop forcer sur le happy end bisounours

      1. Avec la comédie les choix sont, hélas, souvent limités. Mais le Cochon de Gaza a l’avantage de faire connaître un problème douloureux sous un angle différent et participe à l’éternel débat « peut-on rire de tout ? » 🙂

  2. Tiens, cela a l’air étonnant comme film! J’ai bien envie de le voir, et pourtant je ne suis pas très « cinéma ». Je le note dans un coin de ma tête ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s