« Amanda », voyage en sidération

Découverte d’un film français qui aborde la perte brutale d’un être cher et le deuil.

3385152.jpg

2

Paris, de nos jours. David, 24 ans, est un jeune homme qui cumule les petits boulots, tout en profitant de son agréable vie parisienne insouciante. Il est très proche de sa sœur et de sa petite fille de sept ans, Amanda. Mais, un jour, sa sœur meurt dans un attentat terroriste. Alors que plusieurs de ses proches ont été également blessés et qu’il est désormais la seule famille de la petite Amanda, il doit essayer de guérir, tout en devant changer de vie.

1

Bon, j’avoue, j’ai été interpellée par ce film, car il porte mon prénom, ce qui n’est pas hyper courant. Au-delà de cette raison pas très valable, j’ai été aussi intéressée par le synopsis qui aborde les changements de vie brutaux et imposés. Réalisé par Mikhael Hers, j’ai apprécié mon visionnage d’«Amanda», même si le film manque un peu de profondeur sur certains aspects.

amanda-1450x800-c.jpg

Le film ne se distingue pas par une originalité incroyable, il n’est pas particulièrement beau et on voit les mêmes habituels quartiers de Paris. Mais, j’ai trouvé que le film arrivait à mettre en place une atmosphère assez joyeuse et légère avant de tout faire éclater de manière brutale. Le film aborde surtout bien la sidération qui peut suivre les drames. Effectivement, David, après avoir perdu sa sœur se retrouve dans une errance, à la fois physique et mentale. Mais, malgré la gravité de l’événement, la vie finit par continuer: on se lève le matin, on va travailler, on amène la petite à l’école. Le problème, c’est qu’il faut, à un moment, sortir de cette bulle, faire des choix et surtout faire face à inacceptable: la disparition d’une sœur, la disparition d’une maman. 

Par contre, j’ai trouvé le film un peu faible et superficiel quand il s’agit de traiter du personnage d’Amanda, la petite fille. Ce qu’elle vit est éclipsé par les déboires de son oncle, qui sont tout à fait signifiants, mais la fillette ayant le rôle-titre, je trouve que c’est dommage de ne pas creuser plus ce personnage.

Le test Bechdel

Le film passe le test.

En résumé, un film qui aborde avec une certaine délicatesse la thématique du deuil, mais qui reste un peu trop superficiel. 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s