Hunger, une histoire de mon corps / Roxane Gay

Je tente à nouveau un essai de Roxane Gay. Une tentative plus concluante cette fois!

hunger.png

2

Dans cet essai, Roxane Gay raconte comment un grave traumatisme d’enfance a amené son corps à devenir gros, très gros, pour se protéger de l’extérieur et cacher la honte de n’avoir rien pu faire. Au travers de son expérience de femme morbidement obèse, elle passe au crible la vision de la société sur les corps gros, plus particulièrement celui des femmes. Un regard qui est un révélateur de la grossophobie ordinaire, mais aussi du sexisme.

1

L’année passée, j’avais lu «Bad Feminist» de Roxane Gay, un recueil d’articles qui ne m’avait pas transcendé, car plutôt réservé, de mon point de vue, aux personnes qui sont débutantes en féminisme, même si je trouvais son message très important. J’ai décidé de retenter l’expérience avec «Hunger» car le sujet du corps et de la grossophobie m’intéresse beaucoup.

Roxane Gay est une femme qui prend de la place. Très grande (1m90) et morbidement obèse, elle peut difficilement se cacher. Elle est donc confrontée en permanence à la grossophobie.

«Fat shaming is real, constant, and rather pointed. There are a shocking number of people who believe they can simply torment fat people into weight loss and disciplining their bodies or disappearing their bodies from the public sphere. They believe they are medical experts, listing a litany of health problems associated with fatness as personal affronts. These tormentors bind themselves in righteousness when they point out the obvious—that our bodies are unruly, defiant, fat». 

Mais avant de s’attaquer aux difficultés de son quotidien de personne obèse, Roxane Gay raconte l’histoire de son corps, comme le dit le sous-titre du livre. L’autrice a été victime d’un viol collectif au sortir de l’enfance. Un événement dont elle ne parlera qu’à l’âge adulte à ses parents et qui, malheureusement, va modeler son corps et son esprit. Effectivement, pleine de honte, Roxane va s’autodétruire mentalement et physiquement. Mentalement, en finissant par croire qu’elle a mérité ce qui lui est arrivé et que dans sa vie elle ne mériterait jamais rien de mieux. Physiquement, en prenant énormément de poids, formant ainsi une sorte d’abri physique entre elle et le monde.

Dans son essai, Roxane Gay raconte son parcours pour tenter de soigner son corps et son esprit. Un parcours personnel difficile, mais aussi socialement compliqué puisque le monde entier semble savoir pourquoi quelqu’un est obèse. Forcément, il mange de la junkfood, il ne fait pas de sport, il est flemmard, il n’a aucune volonté, etc.

«This is a memoir of (my) body because, more often than not, stories of bodies like mine are ignored or dismissed or derided. People see bodies like mine and make their assumptions. They think they know the why of my body. They do not.»

J’ai trouvé cet essai extrêmement touchant, car il montre comment de simples kilos en trop peuvent amener une femme à penser qu’elle vaut moins que les autres, qu’elle ne mérite ni amour, ni respect.

«This is what most girls are taught—that we should be slender and small. We should not take up space. We should be seen and not heard, and if we are seen, we should be pleasing to men, acceptable to society.»

«Hunger» dénonce également comment les personnes en surpoids sont quotidiennement persécutées sur leur poids: par les 1000 publicités pour des méthodes d’amaigrissements, par le mobilier trop étroit, les habits trop petits, le regard jugeant quand ils mangent (surtout si c’est autre chose que de la salade).

A noter que j’ai lu l’essai en V.O. et que c’est très accessible.

En résumé, un essai à mettre entre les mains de tout le monde pour sensibiliser à la grossophobie, à la pression permanente sur le poids des femmes, mais aussi à la libération de la parole des victimes de viol.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s