Le Choeur des femmes / Martin Winckler

Découverte d’un livre essentiel, le premier coup de cœur de l’année!

lechoeurdesfemmes

2

Jean Atwood, jeune, talentueuse et arrogante interne, souhaite devenir une prodige de la chirurgie gynécologique. Malheureusement pour elle, on l’oblige à passer son dernier semestre d’internat dans un service de médecine de la femme. Là, elle devra exercer ses talents principalement en consultation, bien loin des tables d’opération où elle souhaite perfectionner ses doigts de fée. De plus, elle se retrouve face au Docteur Franz Karma, un praticien à la réputation un peu sulfureuse. Ce semestre, que Jean imagine comme un enfer, va en fait transformer sa vie de femme et sa vie de médecin.

1

Attention! Le livre que je vais vous présenter ici (si vous ne le connaissez pas déjà) est un livre à lire absolument. Particulièrement si, comme la plupart des femmes, vous êtes amenées régulièrement à franchir le seuil des cabinets de gynécologie. «Le Chœur des femmes», c’est le poil à gratter de cette branche de la médecine, le roman qui éclaire sur le manque d’informations chronique des patientes.

Comme son nom l’indique, «Le Chœur des femmes» est un roman à plusieurs voix: la voix de Jean, des membres de l’équipe du Docteur Karma, des patientes. C’est aussi une sorte de roman-réalité puisque, comme l’indique l’auteur, bien que l’hôpital décrit et les personnages soient fictifs, les situations décrites sont réelles.

Mais de quoi parle ce roman? De deux choses.

Premièrement, de l’histoire de Jean Atwood, une jeune franco-canadienne, surdouée de la chirurgie, mais avec un ego du scalpel surdimensionné et une insensibilité chronique à tout ce qui se passe en dehors de la salle d’opération. Heureusement, pour elle, cette jeune femme va opérer une grande métamorphose au contact de son nouvel environnement (non sans heurts évidemment). Une métamorphose qui va tout bouleverser dans sa vie, professionnellement et personnellement, car cette jeune femme à la mémoire photographique et major de promo, va apprendre plusieurs choses inédites pour elle: écouter les autres, arrêter de se prendre pour Dieu et arrêter d’être une bonne élève qui ingurgite tout ce qu’on essaye de lui fourrer dans la tête.

La deuxième chose dont parle «Le Chœur des femmes», ce sont les pratiques gynécologiques (dans le système de santé français). Des pratiques souvent datées, arrangeantes pour les médecins, mais inconfortables pour les patientes. On peut ajouter à cela un certain machisme provenant des âges anciens de la profession (cela peut paraître hallucinant, mais on peut être gynécologue et macho…) et une influence énorme de l’industrie pharmaceutique qui veut à tout prix faire prescrire ses produits les plus neufs et les plus coûteux. Par dessus tout, le Docteur Karma dénonce le peu de choix que l’on laisse aux femmes quand il s’agit de se soigner, tant les informations que leur fournissent leur praticien sont parfois biaisées.

«Le Chœur des femmes» pourra notamment vous apprendre que:

-Malgré les réticences de nombreux gynécologues, il est tout à fait possible de poser un stérilet à une femme n’ayant jamais eu d’enfants. Les réticences des gynécologues étant induites par des études datées et par des motifs économiques, la prescription de la pilule forçant les patientes à revenir chaque année. De plus, la prescription de la pilule rapporte beaucoup d’argent à la pharma, ce qui n’est pas le cas du stérilet.

-La position dans laquelle une femme est examinée (et souvent dans laquelle elle accouche) est une position faite pour le confort du praticien et non pour le confort de la patiente. On peut très bien être examinée et accoucher dans des positions autres que celle de la «tortue retournée», une position qui «offre» la patiente au médecin.

Il y a plein d’autres choses intéressantes à découvrir dans «Le Chœur des femmes», notamment le sort réservé aux enfants hermaphrodites ou avec des anomalies génitales.

Bien sûr, le livre n’est pas parfait. Tout d’abord, Martin Winckler, alias Marc Zaffran, un médecin français connu pour sa critique très sévère du système médical, n’est pas apprécié par tout le monde, notamment par certains collègues médecins, mais c’est cohérent avec son rôle de poil à gratter de la branche médicale. De plus, la fin du roman pourra paraître un peu tirée par les cheveux et son style n’a rien d’incroyable. Mais, rarement un roman aura autant remis en cause les habitudes médicales et pris le parti des personnes qui sont dans une situation de vulnérabilité. Vulnérables car mal informées, vulnérables car «anormales», vulnérables car en situation de détresse.

En résumé, c’est un roman à lire absolument: un pamphlet contre le médecin qui se prend pour Dieu, une ode à celui qui est un vrai soignant, en plus d’être un livre foncièrement féministe.

Martin Winckler, «Le Chœur des femmes», Paris: Éditions Folio, 2011, 688 pages.

Publicités

8 réflexions sur “Le Choeur des femmes / Martin Winckler

    1. Je ne peux que te le conseiller, car en tant que femme (qui en plus avait l’impression d’être bien informée) ça m’a vraiment fait réfléchir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s