« Le Roi Lion 2019 », la magie est-elle toujours au rendez-vous?

Je n’ai pas résisté à l’appel de la nostalgie et je suis allée voir le dernier remake Disney…

ee26b4ecb6ff55fbdc7730962696ae31193dec02.jpg

2

Dans la savane africaine, les animaux se rendent au pied d’un grand piton rocheux car c’est le jour de la présentation de Simba, fils du roi lion Mufasa et de la reine lionne Sarabi. Mais tous ne sont pas à la fête, notamment, Scar, le frère du roi. Jaloux de son frère, il complote pour l’éliminer lui et son fils, afin de s’emparer du trône.

1

Encore un remake Disney, me direz-vous? C’est vrai que ces derniers temps, on en bouffe à toutes les sauces. Mais devant le remake d’un des plus grands chef-d’oeuvre de Disney, il était impossible de résister. Au final, une expérience meilleure que prévue, même si Disney prend vraiment peu de risques.

Dès les premières notes de musique sur le lever de soleil, vous avez des frissons. La musique, composée par Hans Zimmer, légèrement réorchestrée, est toujours aussi splendide. Par contre, on regrettera l’insertion, même courte, de la chanson de Beyoncé, une belle grosse soupe R’n’B à vous filer le diabète.

B9720337442Z.1_20190722083932_000+G3DE42IBE.1-0.jpg

Ensuite, le rendu des animaux est magnifique. Ils sont proches de la perfection et les détails de chaque plume, de chaque fourrure, de chaque allure sont incroyables. Le doublage francophone peut aussi se targuer d’être excellent, tout en justesse et en vivacité. On appréciera également que le film de Jon Favreau, même s’il est une copie à 90% conforme du dessin animé de 1994, ajoute une touche écologique renforcée. Le parti pris réaliste du nouveau «Roi lion» a également tendance à accentuer le côté dramatique du film. Les scènes de violence sont plus impressionnantes, car on ressent la puissance des lions et leur dangerosité. On y ressent plus fortement l’implacabilité du cycle naturel.

3453928-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Cependant, je trouve qu’il y a une certaine paresse dans la conception de ce film. Premièrement, et nous sommes des centaines à l’avoir remarqué, la chanson «L’amour brille sous les étoiles» qui est chantée entièrement de jour. Sérieusement, chez Disney, personne n’a vu ça? On est d’accord que techniquement les étoiles sont là de jour comme de nuit, mais c’est un peu tiré par les cheveux. De plus, l’histoire d’amour de Simba et de Nala semble tombée du ciel, alors que ce n’est pas le cas dans le dessin animé. L’autre problème du point de vue réaliste par rapport au dessin animé, c’est qu’il ne permet pas de bien structurer le récit. Effectivement, dans un dessin animé, on peut facilement passer d’une scène drôle à une scène dramatique, grâce aux couleurs, aux ambiances. Dans le film, ce passage de scènes comiques à des scènes plus sérieuses est un peu étrange, car le décor, l’ambiance, ne change pas.

Lion-King-International-Poster-Excerpt.jpg

Dernière chose, les animaux ne se prêtent pas tous aussi bien à l’animation. Rafiki et Timon sont parfaits, car ce sont des animaux naturellement très vifs et expressifs. Par contre, d’autres animaux se prêtent moins bien à l’anthropomorphisme, c’est le cas notamment des lions adultes ou de Pumba, le phacochère, dont l’animation reste très figée.

Le test Bechdel

Le film passe le test Bechdel.

En résumé, si vous voulez vous faire un petit frisson vintage, allez-y. Mais, je ne suis pas sure que ce remake apporte plus que le dessin animé. De toute façon, que ce soit la version de 1994 ou celle de 2019, vous allez passer votre semaine à chantonner la bande-son.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s