« Love, Death and Robots », animation, sexe et hémoglobine

Découverte d’une nouveauté Netflix qui sort un peu de l’ordinaire: une série de courts-métrages pour adultes!

1377321.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

avis

Netflix a eu la bonne idée de sortir une anthologie d’animation pour adultes! Pour moi, c’est forcément l’enthousiasme, car j’adore les courts-métrages d’animation et en général, je vais très volontiers voir les projections de ce type de médias lors de festivals. Mais l’expérience est-elle concluante?

Love-Death-and-Robots-trailer.jpg

Il est difficile de donner un avis global sur les 18 épisodes qui sont thématiquement, esthétiquement et techniquement très différents. Mais de manière générale, les courts-métrages offrent un visionnage très agréable d’œuvres réalisées avec des techniques et des rendus très variés, parfois très cartoon, parfois photoréaliste ou plus proche des dessins animés traditionnels. Chaque épisode est une petite surprise. Personnellement, mes préférés sont les épisodes «Les trois robots», un sketch sur des robots qui découvrent les restes de l’humanité; «L’oeuvre de Zima», probablement le plus recherché et le plus original de tous les épisodes et «Les Esprits de la nuit», un épisode simple, mais lumineux et très poétique.

love_death_robots (1).jpg

J’ai cependant quelques retenues sur cette série. Effectivement, certains épisodes sont prévisibles et un peu vides, dans le sens où l’on ne sait pas vraiment quel message était censé passer. Autre chose plus problématique, on trouve des personnages féminins souvent clichés et chosifiés, ainsi que des relents un peu homophobes qui traînent ça et là dans certains épisodes. L’exemple de l’épisode 3 «Le Témoin» est le plus flagrant. Malgré une évidente beauté et un style visuel affirmé, cet épisode nous impose une course-poursuite inutilement longue avec une femme à demi-nue qui ne sert qu’à se rincer l’œil. Je n’ai rien contre l’aspect légèrement érotique de cet épisode, le problème c’est que c’est toujours le corps des femmes qui est hypersexualisé, mis en avant. Les hommes quand ils sont montrés nus dans leur intégralité le sont plutôt dans des situations non-sexualisées ou comiques. Dans tous cas, les courts-métrages méritent bien leur classification «adultes» puisque la plupart ont des contenus violents, voire sexuels (même si l’âge indiqué de +18 ans sur Netflix me paraît exagéré).

Love-Death-Robots.jpg

En résumé, malgré une qualité très inégale des épisodes, je recommande quand même le visionnage de cette série, afin de découvrir les épisodes qui vous charmeront. En plus, avec des durées entre 6 et 17 minutes, vous n’aurez pas besoin d’y investir trop de temps.

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “« Love, Death and Robots », animation, sexe et hémoglobine

  1. Je viens de commencer cette série aujourd’hui même et j’en suis déjà à l’épisode 12. J’aime beaucoup le fait que les épisodes soient esthétiquement différents les uns des autres, mais c’est vrai que certains sonnent un peu creux (notamment celui de la course poursuite, j’ai eu ce même ressenti), certains sont vraiment hard mais dans l’ensemble c’est une très belle découverte !!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s