Lignes de vie d’un peuple: Les Suisses

Découverte d’un ouvrage qui parle avec justesse de mes compatriotes, d’un pays au centre de l’Europe, mais à la marge tout de même: la Suisse.

lessuisses2
La montagne, une montre et du chocolat. Qui se cache derrière le décor des cartes postales suisses ? Des banquiers en costume trois- pièces, des lutteurs en habits traditionnels, des étudiants branchés en soirée électro… Derrière le folklore, la Suisse accumule une incroyable richesse économique, sociale et culturelle. Composée d’une mosaïque de vingt-six cantons aux identités multiples, la Confédération helvétique ne connaît pas d’unité de langue ni de religion. Son territoire exigu, au milieu de l’Europe, ne recèle pas de matière première. Pourtant,
les salaires de ses habitants sont parmi les plus hauts du monde et le chômage ne dépasse guère les 3,5 %. Les Suisses ne forment pas à proprement parler un peuple. Tiraillés entre unité et diversité, intégration et isolement, les Suisses du 21ème siècle sont confrontés à des controverses qui résonnent des mêmes échos identitaires de l’Europe en devenir.

1

«Lignes de vie d’un peuple» est une collection dont l’objectif est de montrer la vraie vie de certains peuples peu connus ou sur lesquels on a énormément de clichés. Et vous savez quoi? Les Suisses font partie d’un de ces peuples cachés derrière ses clichés. L’auteur du livre s’attelle justement à dévoiler cette pudique Suisse, sur laquelle on dit beaucoup de choses.

Dominique Dirlewanger a clairement le sens de l’entrée en matière puisque pour débuter ce livre appartenant à la collection «Lignes de vie d’un peuple», il explique que les Suisses ne sont pas un peuple. Amis lecteurs, si vous aimez les simplifications, les pays unifiés et pas compliqués, la Suisse n’est pas un lieu de résidence fait pour vous et il faudra aller planquer vos millions ailleurs (à ma gauche, on me dit que je n’ai sûrement pas de millionnaires parmi mes lecteurs…tant pis…). La Suisse est une convergence de plusieurs peuples de cultures différentes, parlant 4 langues, divisés entre catholiques et protestants, entre urbains et ruraux. Mais comment est-ce que tout ce schmilblick tient ensemble ? La chance de la Suisse, c’est que les différents clivages linguistiques, religieux, culturels et démographiques ne se superposent pas. Par exemple, même si leur langue d’expression paraît les opposer, un Genevois ressemblera toujours plus à un Zurichois, big city life oblige, qu’à un romand provenant d’une petite commune rurale.

Voilà, une des choses, parmi tant d’autres, que vous pourrez apprendre en lisant ce livre. Il faut dire qu’il est fichtrement bien conçu. Chaque chapitre commence par l’interview courte d’un expert, puis par l’immersion sur le terrain (grâce à un voyage dans divers villes et villages de Suisse), suivi par une analyse à travers des éléments historiques ou des statistiques. Les thèmes sont bien choisis, car ils permettent de prendre les clichés à revers. L’analyse n’est jamais simplificatrice. Par exemple, il montre que la Suisse est à la fois ultra-moderne et très conservatrice. De plus, il offre une très bonne vulgarisation de sujets propres à la sociologie ou à la science politique et reste intéressant que l’on connaisse la Suisse ou non, car en tant que Suissesse, j’ai tout de même appris deux-trois choses.

Les livres de cette collection sont petits, pas chers et vite lus. Ils sont vraiment parfaits pour satisfaire les lecteurs curieux du mode de vie de peuples parfois un peu dans l’ombre ou que l’on croit connaître. Avec cette collection, vous ne vous transformerez pas en expert des Napolitains, des Islandais ou des Canadiens francophones, mais cette lecture vous offrira une petite fenêtre ouverte sur le quotidien de ces peuples.

En résumé, une excellente démarche et une super collection où je n’hésiterai pas à me procurer d’autres publications du catalogue (probablement ceux consacrés aux Catalans et aux Irlandais).

Dominique Dirlewanger, Les Suisses, Collection: Lignes de vie d’un peuple, Éditions Ateliers Henry Dougier, 2014, 144 pages.

Merci aux Ateliers Henry Dougier pour l’envoi sur demande du livre en service presse.

Advertisements

2 réflexions sur “Lignes de vie d’un peuple: Les Suisses

  1. Je serais très curieuse de lire ce livre ! c’est vrai que quand je veux étudier un pays je ne pense jamais à la suisse, et j’habite pourtant à peu de KM ! Sinon j’adore ta nouvelle déco !c’est très joli pour l’automne !

    1. Merci pour la déco, j’en avais marre du saumon !
      Concernant la Suisse, en même temps, c’est pas un pays qui a une aura de malade qui attirent les gens comme l’Australie, les États-Unis, etc. Moi même je me suis jamais dit tiens je vais étudier le Luxembourg ou la Belgique!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s