« L’Enfant d’en haut », mensonges en haute montagne

Chronique d’un très beau film suisse, primé à la Berlinale par un ours d’argent : «L’Enfant d’en haut» d’Ursula Meier (2012).

enfant-d-en-haut-2011_0

2

Simon, 12 ans, vit seul avec sa sœur adulte, Louise, dans une vallée grise et industrielle, à proximité de magnifiques pistes de ski très prisées par une clientèle aisée. Le duo frère-sœur survit grâce au trafic d’équipement de ski de Simon. Effectivement, ce dernier vole le matériel dans la station de ski toute proche et le revend. De son côté, Louise peine à garder un travail, papillonne d’homme en homme et laisse la gestion du quotidien à Simon.

1

«L’Enfant d’en haut» est un film qui saura toucher même les cœurs de pierre, car il est difficile de résister à Simon, ce gamin indépendant et roublard, mais surtout terriblement en manque d’affection.

lenfant-den-haut

Le film d’Ursula Meier présente une histoire d’enfants abandonnées à leur sort dans un HLM tristounet, obligés de trouver un moyen pour survivre. Simon choisira le vol pour remplir son frigo et subvenir à ses besoins et ceux de sa sœur immature, malgré son statut d’adulte. Mais, la surprise du film sera de voir que Simon n’est pas le seul à mentir quotidiennement, le mensonge et les non-dits étant bien plus profonds qu’attendus.

14 BAFICI_ L Enfant d en haut

En visionnant«L’Enfant d’en haut», on ne peut que constater que la réalisatrice a un talent incroyable pour raconter une histoire à vous fendre le cœur, sans pour autant tomber dans la posture glauque et voyeuriste du cinéaste qui filme la misère pécuniaire et sentimentale, ni tomber dans les dénouements trop mielleux du drame. Ursula Meier a le talent du «juste ce qu’il faut»: juste assez de dialogues, juste assez de fond sonore, juste assez d’effets de caméra, un vrai art du dosage.

l-enfant-d-en-haut-18-04-2012-1-g

Une des qualités du film est également de présenter une autre image de la Suisse. Oui, il y a les stations de ski avec leur clientèle de la classe moyenne supérieure et leur VIP. Mais, il y a aussi toutes les personnes pour qui ce genre de loisir n’est absolument pas accessible, ceux qui vivent avec juste de quoi s’acheter à manger. Ces deux Suisses existent l’une comme l’autre, mais il est appréciable de sortir des clichés cinématographiques habituels sur la Suisse, sortir du combo «Cervin-Gstaad-paradis fiscal-jet d’eau de Genève-Bahnhofstrasse».

A relever encore le magnifique duo d’acteurs formé par Kacey Mottet-Klein (ce gamin est incroyable, le film est à regarder juste pour lui) et Léa Seydoux. On s’étonnera également de la présence de Gillian Anderson dans ce petit film suisse.

Le test Bechdel:

Le film passe le test Bechdel.

En résumé, c’est du beau cinéma suisse. Bien filmé, bien scénarisé, bien interprété et accessible. A voir absolument!

La bande-annonce:

Publicités

Une réflexion sur “« L’Enfant d’en haut », mensonges en haute montagne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s