Des femmes et des dieux / Floriane Chinsky, Kahina Bahloul et Emmanuelle Seyboldt

Trois femmes ont décidé d’écrire un livre ensemble. Elles sont rabbin, imame et pasteure et ont abordé tous les sujets qui leur tenaient à cœur. Quelle place pour les femmes dans leurs trois religions, marquées par des siècles de patriarcat? Peut-on faire une lecture féministe de la Torah, de la Bible ou du Coran? Comment réagir aux représentations souvent dévalorisantes du corps de la femme? Comment distinguer ce qui relève du divin et de la tradition? Qu’est-ce qui est sacré? Elles apportent des éclairages théologiques passionnants et accessibles à tous. Elles s’appuient sur leur histoire, confrontent leurs parcours, réfléchissent et racontent les obstacles qu’elles ont surmontés, dans un climat d’écoute et de concorde qui irradie tout le livre.

Je ne suis pas une personne religieuse, je suis d’ailleurs athée. Mais la question des croyances et des religions m’a toujours intriguée. Notamment parce féminisme et religion font rarement bon ménage de mon point de vue. Mais, ce point de de vue se révèle un peu étroit après la lecture de cet essai. Ce dernier retranscrit 7 jours de discussion entre une rabbin, un imame et une pasteure qui vont évoquer leur parcours, les piliers essentiels de leur religion, discuter de patriarcat, de féminisme et de la lecture historico-critique des textes sacrés.

J’ai trouvé fascinant le fait que ces femmes, ayant des parcours très différents et appartenant à des courants religieux avec des philosophies bien distinctes se retrouvaient sur deux notions très importantes.

Tout d’abord, la lecture historico-critique des textes. C’est-à-dire une lecture qui distingue les éléments spirituels et ce qui appartient au contexte historique et à la culture. Cette approche permet de considérer les textes sacrés comme une inspiration pour les croyant.e.s. Ce qui veut dire que chacun est libre de lui donner une approche très libérale ou très conservatrice, sans remettre en cause les autres approches ou même les autres religions.

« Chacun, chacune a une liberté de compréhension face au texte, et peut s’en inspirer pour faire preuve de liberté dans la vie. […] Si l’on considère qu’il y a plusieurs façons de comprendre le texte, il devient assez simple de comprendre aussi pourquoi, dans un monde très misogyne, le texte a été compris de façon antiféministe; et pourquoi, au contraire, aujourd’hui il est possible – et essentiel! – de le lire de façon féministe, de façon égalitaire. »

L’autre élément étant l’importance pour les femmes de prendre leur place dans la religion pour changer les institutions, les faire réfléchir sur leur structures, les faire sortir des discours simplificateurs. Si seulement, nous entendions plus souvent ces voix si raisonnables et ouvertes, cela changerait probablement l’image des grandes religions monothéistes!

Je peux ajouter que j’ai appris énormément de choses sur le judaïsme, une religion que je connaissais de manière très superficielle et que la discussion sur la notion de « sacré » était passionnante. Un seul petit manque de mon point de vue: cela cela aurait beaucoup apporté au débat d’avoir un ou une sociologue des religions à la table afin d’avoir une vision plus macro et moins individuelle.

En résumé, un essai passionnant (qu’on soit croyant.e ou athée) sur la place des femmes dans la religion; qui célèbre la tolérance, la liberté de l’âme et une vision complexe du monde.

Floriane Chinsky, Kahina Bahloul et Emmanuelle Seyboldt, « Des femmes et des dieux », Éditions les Arènes, 2021.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s