Le cœur battant de nos mères / Brit Bennett

Oceanside, Californie, de nos jours. Nadia, jeune fille brillante, marquée par le suicide de sa mère, doit mettre fin à une grossesse involontaire. Elle quitte ensuite son père et la communauté religieuse dans laquelle elle a grandi pour poursuivre des études prestigieuses. Audrey, discrète jeune fille dévouée à la communauté religieuse de la ville cache du mieux qu’elle peut une enfance douloureuse. Luke, jeune homme indolent et lâche entame son chemin vers l’âge adulte. Le tout sous le regard attentif de «la communauté des mères».

Aïe, la dernière lecture de l’année 2021 aura été décevante. Pas du tout mauvaise, mais pas à la hauteur de mes attentes! «Le cœur battant de nos mères» de Brit Bennett est un premier roman qui a reçu beaucoup d’éloges et j’étais très enthousiaste en le commençant.

Premièrement, parce qu’on y parle de personnages afro-américains lambda. C’est-à-dire des personnes de classe moyenne, qui vivent dans une jolie ville californienne, sans que cela soit associé à des problèmes de drogues, de pauvreté, etc. Effectivement, c’est reposant de sortir du cliché de la communauté afro-américaine condamnée à vivre dans les classes socio-économiques les plus basses. De plus, l’autrice utilise un procédé narratif intéressant, puisqu’elle ajoute aux points de vue de Nadia, Audrey et Luke, une voix collective qui est celle des mères de la communauté, c’est-à-dire les femmes qui font vivre la congrégation religieuse du «Cénacle», qui sont à la fois des bénévoles et une forme d’autorité morale (pas forcément bienveillante).

Le livre explore les blessures de personnages qui tournent autour de la maternité et de la parentalité –le suicide d’une mère, l’avortement, ne pas être à la hauteur pour ses parents, les violences sexuelles dans la sphère familiale, le désir d’enfant qui reste insatisfait, le statut de mère dans une communauté– et le cheminement vers l’âge adulte. L’autrice pointe également l’attitude hypocrite des communautés conservatrices face à l’avortement. Des thématiques passionnantes en soi. Alors, pourquoi ce livre m’a déçue?

Tout d’abord, pour une raison de goût personnel. En effet, les romans dont la trame principale repose sur les relations amoureuses des personnages me font souvent lever les yeux au ciel. Ensuite, j’ai eu l’impression de lire pas mal de clichés narratifs: le triangle amoureux, la jeune femme talentueuse qui revient à la maison pour s’occuper de son père et régler son passé, le bad boy qui essaye de se racheter. Ainsi, ayant l’impression d’être face à des clichés, plutôt que des personnages, je suis restée hermétique à l’histoire. J’ai un peu l’impression que l’autrice a essayé de mettre trop d’éléments dans son livre, ce qui empêche un vrai approfondissement.

En résumé, un roman prometteur, mais qui, de mon point de vue, n’est pas abouti.

Brit Bennett, «Le cœur battant de nos mères» (titre original anglais: The Mothers), chez Autrement et J’ai Lu, 2017

2 réflexions sur “Le cœur battant de nos mères / Brit Bennett

  1. Comme toi, c’est une lecture qui m’avait plu mais ne m’avait pas entièrement convaincue [pas tout à fait pour les mêmes raisons].
    Ce côté « cliché » m’avait un peu échappé mais maintenant que tu le soulèves, c’est assez flagrant. Comme tu dis, elle a certainement voulu en faire trop en une seule fois.
    Zut, le roman perd encore des points ! :-/

    1. Je suis allée lire ta chronique. ça m’a fait rire, car j’ai aussi acheté le livre chez un bouquiniste et j’étais toute contente de l’avoir trouvé! Je suis totalement d’accord avec la comparaison fallacieuse avec Elena Ferrante et Chimamanda Ngozi Adichie. Ces deux autrices arrivent tellement à articuler l’intime, le social, l’historique, c’est incomparable avec ce roman. Moi l’élément qui m’a le plus dérangé avec Nadia, c’est que je ne comprenais pas comment on pouvait faire tourner toute sa vie autour de son histoire d’amour avec Luke, un type plutôt naze, et de son avortement, alors qu’elle a au final une vie intéressante de jeune femme brillante. C’est un peu de la psychologie de téléfilm….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s