Best of 2021

L’année passée, je commençais en disant «cette année s’achève dans une ambiance étrange». On prend les mêmes et on recommence? Toujours cette incertitude collée aux basques et la difficulté d’envisager l’avenir calmement devant cette pandémie qui n’en finit pas, épuisant les soignants, les acteurs de la culture, de la restauration, parmi tant d’autres.

Comme l’année dernière, j’ai, malgré tout, eu de très beaux moments. Avec mon amoureux, nous avons «profité» de la fermeture des frontières pour visiter le canton du Tessin. Puis en juillet, nous nous sommes envolés pour l’Islande. Un voyage organisé deux semaines avant de partir, ce qui est inenvisageable en temps normal pour cette destination. Ce voyage, d’ailleurs, restera à jamais gravé dans nos cœurs #tropdebeauté. Durant l’automne, nous avons rendu visite à nos familles respectives au Sud de la France et dans le Sud de l’Italie. Au final, un bilan heureux et chanceux pour nous. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour pouvoir assister à tous les concerts et festivals que nous avons réservés pour 2022 (Hellfest, on y croit!).

Mais passons au cœur de l’article! Je vous livre donc mon top de l’année 2021.

Demain et tous les autres jours (2017) – Ce film, réalisé par Noémie Lvovsky, est un petit bijou de poésie. Il évoque le quotidien de la petite Mathilde qui vit avec une mère ayant des problèmes de santé mental. Le film aborde la solitude de la fillette qui doit essayer de mener une vie normale avec une mère aimante, mais malade et irresponsable. Sans misérabilisme, sans chercher un coupable, le film aborde cette vie compliquée avec subtilité et en y ajoutant une touche de fantaisie. Le film passe le test Bechdel.

Cette musique ne joue pour personne (2021) – Quel plaisir totalement inattendu! Nous étions allés voir ce film pour échapper à une journée pluvieuse, un peu par hasard. «Cette musique ne joue pour personne» de Samuel Benchetrit raconte la vie d’un docker à tendance mafieuse dans le nord de la France, de ses employés hauts en couleur et de sa famille. Avec un casting 5 étoiles (François Damiens, Ramzy Bédia, Vanessa Paradis, JoeyStarr et une tripotée d’autres acteur.ice.s de renom) et un ton qui flirte entre le drame, la comédie et l’absurde, c’est une œuvre dont je me souviendrai longtemps. Le film ne passe pas le test Bechdel.

Thunder Road (2019) – ma chronique ici

A découper suivant les pointillés (Strappare lungo i bordi) (2021) – Un coup de cœur totalement inattendu grâce à une suggestion Netflix. Cette série animée, au titre peu engageant, est réalisée par Zerocalcare, un bédéaste italien. Il y raconte sa vie de dessinateur angoissé et misanthrope (le doute est maintenu concernant la part d’autobiographie et la part de fiction…). La série a deux temporalités: la journée de Zerocalcare qui va se conclure par un événement important (vous ne saurez qu’à la fin de la saison de quoi il s’agit) et ses souvenirs d’adolescence, notamment son histoire d’amour jamais conclue avec une certaine Alice. La série, sous ses airs cyniques, aborde un sujet très sensible. Alors que j’ai ri lors des premiers épisodes, j’ai eu beaucoup de peine à contenir mes larmes lors des derniers. A noter que la série vaut vraiment la peine d’être regardée en italien, car le personnage a une gouaille et un accent typiquement romain qui le rendent encore plus authentique.

Mare of Easttown (2021) – Cette série, sur le papier, n’a rien d’exceptionnel: une affaire de disparition de deux jeunes filles dans une petite ville américaine paumée à l’ambiance un peu morose. Mais ce qui la rend particulière, c’est son personnage principal interprété par une Kate Winslet rugueuse, brute de décoffrage, à la fois attachante et détestable. Plutôt original, vu que ce genre de rôle de policier un peu limite avec l’éthique est en général interprété par des hommes.

Le Jeu de la Dame (2020) – Ahem…dois-je vraiment vous faire le résumé de cette série dont tout le monde a parlé en 2020? Je ne crois pas. Mais, j’ajoute mon éloge aux autres. «Le Jeu de la Dame» n’est pas du tout surcotée! Anya Taylor-Joy est magnétique et arriver à faire une série autour d’un sport aussi peu spectaculaire et aussi peu visuel que les échecs est clairement une prouesse!

Concernant les livres, j’ai lu 50 ouvrages (30 romans/biographies, 14 BDs, 6 essais) cette année, écrits/illustrés/scénarisés par 18 hommes et par 28 femmes. Ils et elles provenaient de 13 pays différents: France, Italie, USA, Japon, Nigéria, Royaume-Uni, Canada, Liban, Islande, Argentine, Belgique, Suède, Australie.

Mes coups de coeurs:

Betty de Tiffany McDaniel

Fille, femme, autre de Bernardine Evaristo

Une éducation de Tara Westover

Cependant, je tiens à mentionner d’autres œuvres marquantes comme Premier sang qui m’a réconcilié avec Amélie Nothomb, Ce qui est monstrueux est normal qui m’a retourné, L’hibiscus pourpre parce Chimamanda Ngozi Adichie est toujours au top et Là où vont nos pères, une BD qui parle de la migration en utilisant uniquement le dessin.

Cette année, je me suis également lancée dans le podcast. Une expérience intéressante, mais ultra chronophage, d’où le nombre d’épisodes réduits:

J’espère vous avoir inspiré pour vos prochaines lectures, films et séries! En attendant, passez bien le cap de la nouvelle année et merci aux fidèles lectrices et lecteurs ❤ ! Et surtout, tenez le coup, on va s’en sortir!

Une réflexion sur “Best of 2021

  1. Joli bilan ! 🙂 Et je te rejoins sur le Jeu de la dame, je craignais d’y aller avec trop d’attentes et finalement j’ai été vraiment embarquée. Je viens d’écouter les deux derniers épisodes du podcast d’ailleurs ! Je valide totalement Maquette, Journey et Peau d’homme, et je me suis empressée de rajouter L’affaire Watts et Dolly Parton dans ma liste Netflix 😉 Par contre, pas moyen de trouver #Salepute (il semblerait que Arte l’ait enlevé de son site et je ne le vois pas ailleurs), si tu tombes dessus je veux bien le lien ! Belle année 2022 à toi et merci pour ces découvertes 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s