California Dreamin’ / Pénélope Bagieu

Baltimore, année 1960. Ellen Cohen est une jeune femme issue d’une famille juive. Avec sa voix sublime, elle va rapidement vouloir se tourner vers une carrière musicale. Elle part à New York et rencontre 3 acolytes. Avec eux, elle deviendra « Mama » Cass Elliot, l’une des membres du groupe The Mamas and the Papas, interprète du fameux «California Dreamin’».

On sent dans «California Dreamin’» les prémices des «Culottées» par sa volonté de mettre en avant un destin féminin exceptionnel, divergent et assez peu connu. J’ai beau, comme un peu près tout le monde, connaitre quasiment par cœur la chanson California Dreamin‘, je suis assez ignorante sur le groupe à l’origine de cette chanson: The Mamas and the Papas. C’est ce que raconte la B.D. de Pénélope Bagieu, en s’intéressant de plus près à Cass Elliot, la chanteuse principale du groupe qui se distinguait par sa voix exceptionnelle, son humour et son tour de taille. Effectivement, Cass Elliott faisait un peu tache dans cette époque qui préférait souvent les chanteuses plus banales, mais avec un physique plus vendeur, et un caractère plus malléable.

J’ai réellement apprécié ma lecture, car je lui ai trouvé un style assez différent de ce que j’avais déjà vu de Pénélope Bagieu. «California Dreamin’» est en noir et blanc, avec un trait plus brut, plus proche de l’esquisse qui correspond bien à l’aspect instable et brouillon de la vie des musiciens et musiciennes de cette époque. Même si elle se concentre sur Cass Elliot, elle dépeint le groupe au travers du regard d’autres musiciens ou d’autres membres du groupe. «California Dreamin’» est un concentré des sixties avec son lot de hippies, de sexe, de drogue et de rock’n’roll (un mode de vie qui va d’ailleurs bien affecter la santé de Cass Elliott qui va mourir à 32 ans). Si The Mamas and the Papas va connaître un beau succès, la B.D. met également en avant les problèmes d’entente au sein du groupe, notamment liés à des problèmes de triangle amoureux non résolus.

En résumé, probablement dans les meilleures B.D. de Pénélope Bagieu!

Pénélope Bagieu, «California Dreamin’», chez Gallimard, 2015.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s