Les enfants de Venise / Luca Di Fulvio

1515, Venise, Italie. Mercurio, Benedetta et Zolfo, trois adolescents des rues, fuient Rome pour le Nord de l’Italie après qu’un de leur brigandage ait très mal tourné et abouti à la mort d’un de leur compagnon. Au même moment, un médecin juif et sa fille arrive par bateau à Mestre pour se rendre ensuite dans la Sérénissime espérant une vie meilleure dans cette ville tolérante envers le peuple juif. Mais, à la suite de ses personnages se cache également dans l’ombre un homme qu’on croyait mort et qui n’a plus rien à perdre dans sa quête de vengeance.

Cela fait plusieurs années que j’ambitionne de lire les romans de Luca Di Fulvio car son genre, le roman historique, est un de ceux que j’affectionne particulièrement. Mais, comme je souhaitais le lire en italien, j’ai dû patienter pour avoir un de ses livres entre mes mains. Effectivement, pour une raison qui m’échappe, les éditions italiennes sont pour la plupart épuisées et j’ai dû attendre d’aller en Italie et de faire plusieurs librairies pour mettre la main sur un seul de ses ouvrages. Donc, je n’ai même pas eu le choix du roman. Ce fut donc «La ragazza che toccava il cielo», en V.F. «Les enfants de Venise».

Le roman nous transporte en Vénétie, peu après la bataille de Marignan, qui voit Venise et son allié français triompher. C’est dans ce décor que Luca Di Fulvio fait évoluer ses personnages. D’un côté, un trio de jeunes arnaqueur.se.s à la petite semaine qui vient de fuir Rome, et de l’autre, un médecin (pas très honnête, non plus) et sa fille qui fuient l’antisémitisme et espèrent trouver une nouvelle vie dans la Cité des Doges. C’est en se trouvant sur le chemin d’une unité de soldats, vainqueurs mais blessés, commandée par le capitaine Lanzafame, que les différents destins d’entrechoquent, sous le signe des faux-semblants puisque tout le monde feint d’être ce qu’il n’est pas. Mais, c’est aussi à ce moment-là que Mercurio, le chef du trio d’adolescent.e.s errants, et Giuditta, la fille du médecin, tombent fous amoureux l’un de l’autre. Ils n’auront qu’un but: se retrouver pour s’aimer dans l’agitation vénitienne. Mais, la vengeance et la jalousie sèmeront de nombreuses épreuves sur le chemin des amoureux.

Je n’en dis pas plus sur la trame pour vous laisser la surprise. C’est un roman qui me laisse ambivalente. J’ai adoré certains éléments, mais d’autres m’ont fait lever les yeux au ciel. Luca Di Fulvio livre un roman historique ultra documenté qui reconstitue à merveille la Venise de l’époque: le mélange de beauté éclatante, de misère, de corruption et de saleté. L’auteur intègre aussi à son récit des évènements historiques véridiques comme la création du ghetto juif ou l’épidémie de variole qu’a subi Venise. J’aime vraiment ce genre de roman qui nous plonge dans une aventure, tout en nous donnant une petite leçon d’histoire ni vu, ni connu. Donc j’ai dévoré la première moitié du roman. Par contre, la suite m’a laissé un peu froide. Notamment parce que le roman se concentre beaucoup sur l’histoire d’amour entre Mercurio et Giuditta et, personnellement, il est rare que les romances me passionnent. De plus, l’auteur utilise dans la deuxième partie du roman des ressorts scénaristiques vus et revus, donc on voit tout venir à des kilomètres, alors qu’il reste une sacrée quantité de page à lire. Après, si vous êtes passionné.e.s par les histoires d’amour contrariées, je pense que le roman peut maintenir son intérêt jusqu’à la fin.

En résumé, un roman qui excelle par la qualité du décor planté par l’auteur, mais qui pèche par sa fin très prévisible.

Luca Di Fulvio, «Les enfants de Venise» (titre original italien «La ragazza che toccava il cielo»), chez Slatkine et chez Pocket, 2017.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s