Chanson douce / Leïla Slimani

Découverte angoissante d’un des plus grands succès du prix Goncourt.

Paris, de nos jours. Après une pause de plusieurs années pour mettre au monde ses deux enfants, Myriam reprend sa carrière d’avocate, malgré les réticences de Paul, son mari. Afin de faire face au quotidien, ils se mettent à la recherche d’une nounou. Ils trouvent Louise, une femme dont la perfection force l’admiration. Mais Louise va bientôt prendre trop de place dans leur vie.

Celui-là cela faisait longtemps que j’attendais de le lire. Je l’ai donc ouvert avec une certaine impatience et n’ai pas du tout été déçue. «Chanson douce» c’est l’histoire d’un horrible double meurtre. Non, je ne divulgache pas l’intrigue. La scène de crime est présentée dès les premières pages du roman qui nous montrent le drame avant d’essayer de comprendre comment Louise, cette nounou qui semblait si aimante, a pu assassiner de sang-froid les enfants de ses employeur.se.s.

«Chanson douce» de Leïla Slimani n’est pas vraiment un thriller ou un policier, même si on entrevoit au travers de quelques pages l’enquête de police. C’est plutôt un roman social d’angoisse (ou d’angoisse sociale), même si je ne pense pas que cette catégorie littéraire existe. À travers ce roman à l’ambiance poisseuse, l’autrice dénonce plusieurs phénomènes.

D’abord, les dégâts du fossé des classes sociales. Leila Slimani montre comment un couple plutôt moderne et de gauche se met à avoir des comportements paternalistes avec Louise, dont l’individualité et les potentiels envies finissent par être oubliées. Elle montre aussi comment la société moderne enferme toujours les femmes dans des injonctions contradictoires : être une bonne mère, avoir une carrière, être belle et désirable, avoir un appartement impeccablement tenu et un petit plat fait maison sur le feu, le tout en souriant. Ces injonctions font que les femmes les plus favorisées vont utiliser le travail de celles qui le sont moins (les femmes sans formation, les migrantes, etc.) pour essayer d’atteindre ce standard. Tous ces éléments vont établir un climat malsain qui favorisera, sans excuser, le basculement de Louise dont la santé mentale est déjà problématique.

En résumé, un roman impossible à lâcher et dérangeant! Une réussite.

Leïla Slimani, «Chanson douce», chez Gallimard et Folio, 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s