« Anne with an E », un peu de réconfort bucolique

Une gamine à couettes qui court dans les champs. Non, ce n’est pas «La petite maison dans la prairie»…

107615.jpg

2

Fin du 19ème siècle, Canada, sur l’île-du-Prince-Édouard. Matthew et Marilla Cuthbert, frère et soeur célibataires et sans enfants, décident de prendre en charge un garçon orphelin pour aider au travail de la ferme familiale. Lorsque Matthew va chercher l’enfant à la gare, il ne trouve pas un garçon, mais, Anne, une fillette atrocement bavarde. Au début, les Cuthbert veulent la renvoyer à l’orphelinat, mais charmés par son caractère singulier, ils décident de la garder. Anne, avec son enthousiasme débordant, se fait rapidement remarquer dans le village.

1

«Anne with an E» n’était pas le genre de série que je prévoyais de regarder car elle me donnait l’impression d’être un peu niaise, avec plein (trop) de bons sentiments. Mais la crise du coronavirus étant passée par là, je me suis trouvée d’humeur à regarder quelque chose de positif et de dépaysant. Donc j’ai tenté le voyage dans la campagne canadienne du 19ème siècle.

unnamed

«Anne with an E» est une série adapté du roman Anne… la maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery, un classique de la littérature canadienne anglophone. Il raconte la vie tourmentée d’une orpheline qui se retrouve par erreur dans une famille qui ne l’a pas choisie, mais qui va, grâce à cet heureux hasard, découvrir une vie bien plus belle. Anne est un personnage que l’on pourrait qualifier d’«hyperactif surdoué particulièrement casse-pieds». Blague à part, le personnage reste attachant, mais son enthousiasme débordant et son émotivité la font souvent foncer aveuglément vers les catastrophes et les mauvaises décisions.

Anne2_Netflix

Qu’est-ce qui, au final, m’a séduit dans cette série? Tout d’abord, les magnifiques paysages de lîle-du-Prince-Édouard. Ensuite, le personnage d’Anne est indubitablement une féministe en devenir, une défenderesse des personnes différentes et des plus faibles. La série traite d’ailleurs, malgré son aspect fleur bleue, de sujets graves comme le statut des femmes, le traitement des orphelins, des pauvres, des Amérindiens (ici les Mi’kmaq), etc. A cela s’ajoute une galerie de personnages ultra-attachants (ou ultra-énervants). Effectivement, si je ne suis pas très versée dans les histoires sentimentales, «Anne with an E» réussit vraiment à vous embarquer et à vous faire trembler pour Anne, Matthew, Marilla, Diana, Gilbert et les autres, malgré des trames scénaristiques un peu attendues.

A noter que la série compte 3 saisons et qu’elle a malheureusement été annulée par Netflix.

En résumé, une série tendre qui évite l’écueil de la niaiserie grâce à la profondeur des sujets abordés. 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s