« Unbelievable », ces femmes que l’on n’a pas voulu croire

Découverte d’une excellente série true crime portée par deux actrices magnifiques.

2582740.jpg

2

États-Unis, entre 2008 et 2011. Marie, une jeune femme qui vit dans un immeuble qui réunit des jeunes défavorisés, est violée une nuit dans son appartement. Lorsqu’elle raconte ce qu’il s’est passé, les policiers sont dubitatifs, car il n’y a pas de traces dans l’appartement. De plus, Marie, qui a eu une enfance très compliquée, est rapidement déstabilisée par l’autorité et répond de manière incohérente aux questions. Totalement mise sous pression, elle se rétracte et est même poursuivie pour fausse déclaration. Trois ans plus tard, dans le Colorado, l’inspectrice Karen Duvall enquête sur un viol qui a eu lieu dans l’appartement d’une étudiante. Elle finit par contacter une autre enquêtrice, Grace Rasmussen, qui a travaillé sur un cas similaire. Une simple coïncidence semble improbable.

1

Attention, mini-série absolument captivante! «Unbelievable» est une série inspirée d’une enquête réalisée par deux journalistes qui ont investigué aux États-Unis sur le mauvais traitement par la police des plaintes pour viols et la mauvaise compréhension qu’ont les forces de l’ordre du traumatisme des victimes. Des lacunes qui vont mener à la délégitimation d’une victime et surtout qui va retarder longtemps l’arrestation d’un violeur en série.

«Unbelievable», c’est typiquement le genre de séries policières que j’aime: inspirées d’une histoire réelle et avec une enquête réaliste. Sans courses-poursuites et fusillades, mais qui vous plonge dans le travail quotidien de la police. Il n’y a pas de machine magique qui permet d’identifier miraculeusement la moindre trace ADN ou empreinte digitale. Où les polices ne communiquent pas forcément entre elles, surtout quand elles sont à des milliers de kilomètres.

3711753.jpg

On y voit plutôt deux enquêtrices qui passent des heures à retourner des témoignages et des pièces à convictions dans tous les sens, qui se rendent compte que leur enquête touche aux pratiques de leurs collègues (surtout masculins) et que ce n’est pas sans risque. Mais la lenteur «administrative» de la série n’en fait pas une série ennuyeuse, car l’enquête est passionnante et, au niveau des émotions, elle est clairement remuante pour le/la spectateur.trice. Effectivement, il ressort de la série une injustice crasse qui montre que la parole des victimes n’est pas égale devant les forces de l’ordre. Effectivement, pour être prise au sérieux, il vaut mieux être une personne favorisée, soutenue et qui montre les émotions attendues d’une victime de viol (c’est à dire une extériorisation très visible du traumatisme).

En plus, le duo d’actrices qui interprète les enquêtrices, Merritt Wever et Toni Collette est vraiment excellent.

En résumé, une excellente série true crime qui rappelle que l’on ne traitera pas les cas de viols correctement tant que l’on aura des préjugés dessus. 

4 réflexions sur “« Unbelievable », ces femmes que l’on n’a pas voulu croire

  1. J’ai adoré. Les deux enquêtrices au feeling très différent, l’empathie de Karen Duvall présente mais légère vis à vis des victimes, le ressenti des collègues masculines, les doutes de la famille. Je trouve ce concept de mini-série vraiment novateur. Un film n’aurait pas suffi à esquisser tous ces sentiments, chaque personnage, les témoignages racontés plusieurs fois, alors que les épisodes le permettent. J’ai été très touchée et mon homme aussi.

    1. Oui, j’aime aussi beaucoup les mini-séries. ça donne du temps pour le développement des personnages et il n’y a pas d’histoire qui s’essouffle comme avec les séries à rallonge.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s