4 raisons de lire « Vernon Subutex » de Virginie Despentes

J’ai enfin lu la trilogie de Virginie Despentes qui m’attendait depuis des mois dans ma bibliothèque.

vernonsubutex.png

2

Paris, de nos jours. Vernon Subutex, la cinquantaine, était un disquaire hyper populaire dans les années 1980. Mais, à la suite de la crise du disque, il a dû fermer son magasin. Il vivote alors en vendant le reste de ses vinyles de collections. Il est également aidé par son célèbre pote rockeur, Alex Bleach, qui lui paye son loyer. Mais, Alex décède brutalement. Vernon finit par se retrouver à la rue. Il essaye alors de se faire héberger auprès de ses amis. Mais, Vernon se rend compte également qu’on le cherche, car il a en sa possession des vidéos-confessions compromettantes, enregistrées par Alex Bleach. D’abord, seul et à la rue, Vernon va se retrouver avec un vaste entourage.

1

L’histoire sent le vieux cuir et les concerts de rock dans une cave

Vous me donnez Paris, du rock, des concerts, cela dépeint forcément une ambiance dans laquelle j’aime me plonger. On est dans le sillage de musiciens, d’acteurs de la culture underground, de gens passionnés et ça c’est irrésistible. Même si c’est une passion extrême, décadente et obsessionnelle.

«Souviens-toi, Vernon, on entrait dans le rock comme on entre dans une cathédrale, et c’était un vaisseau spatial, cette histoire. Il y avait des saints partout, on ne savait plus devant lequel s’agenouiller pour prier…»

C’est une histoire ancrée dans l’actualité de ces dernières années

Je ne suis pas sure d’avoir déjà lu un livre si ancré dans l’actualité, qui donne l’impression que les protagonistes viennent juste de vivre ça, là maintenant. Nuit debout, les attentats de Charlie Hebdo, du Bataclan: tout est fait pour mettre en scène les personnages dans le Paris d’aujourd’hui. On sent dans chaque page l’air du temps, la recherche de sens, la peur et l’angoisse, omniprésentes ces dernières années, particulièrement dans les médias. D’ailleurs, le roman est si actuel qu’on peut se demander s’il vieillira bien? A noter que, forcément, comme c’est un roman de Virginie Despentes, on y traite tout un tas de questions féministes.

C’est une radiographie de la société française

En plus d’une peinture fidèle de l’ambiance, «Vernon Subutex» est une auscultation profonde de ceux qui composent la société française. Classe moyenne, bobos, SDF, punks à chien, néo-nazis, femmes au foyer, pères aimants, traders indécemment riches, transsexuel.le.s, actrices porno, intellectuel.le.s, retraité.e.s. Des criminels, des honnêtes gens. Ce qui est également admirable, c’est que Virginie Despentes pousse très loin son exercice d’écriture en essayant de se mettre dans la tête de d’hommes violents et d’agresseurs sexuels. Le résultat semble si juste qu’il fait froid dans le dos.

L’histoire ne va pas vraiment où vous l’attendez

On s’attend à la lecture du premier tome plutôt à un récit individuel, celui de Vernon, qui se retrouve à la rue et recherché pour les vidéos qu’il possède. Je m’attendais à quelque chose qui allait virer à la course-poursuite, à l’enquête. Mais ce n’est pas du tout vers cela que se dirige Virginie Despentes. Je ne veux pas trop révéler de l’histoire des trois volumes, car j’ai aimé être surprise. Mais sachez que l’on se dirige plutôt vers un récit collectif, où le personnage de Vernon reste au centre, se transforme en une sorte de figure messianique (si, si je vous jure), mais devient de plus en spectateur.

En résumé, Virginie Despentes réalise un exercice, comme toujours engagé et brut, mais ultra actuel et extrêmement riche. 

Virginie Despentes, «Vernon Subutex», tome 1, 2 et 3, chez Grasset et Le Livre de Poche, 2015-2017.

 

 

 

 

 

3 réflexions sur “4 raisons de lire « Vernon Subutex » de Virginie Despentes

  1. Ta chronique m’a donné envie de me pencher sur cette série de romans !

    Ils m’intriguent depuis leur sortie mais, même si j’admire beaucoup Virginie Despentes, j’ai un peu de mal avec sa plume. Et le peu que j’en savais du pitch de base m’attirait moyennement. Mais l’idée de se mettre dans la tête de ces hommes est intéressante.

    Si je les croise en bouquinerie, je pense que je vais les tenter ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s