Le bleu est une couleur chaude / Julie Maroh

Bilan de la lecture de la célèbre BD de Julie Maroh qui est la matière première du film «La vie d’Adèle».

Le bleu est une couleur chaude.png

 

2

Lille, dans le Nord de la France, années 1990. Emma vit sa vie d’adolescente au lycée, entre premiers amours, amitiés, festivités et premiers engagements politiques. Un jour, elle croise le regard d’une jeune femme aux cheveux bleus. Malgré sa relation actuelle avec un garçon de son lycée, Emma n’oublie pas cette jeune femme. Elle finira par la retrouver. Elle s’appelle Clémentine et ce sera le début d’une histoire d’amour passionnée et tragique.

1

On ne présente plus la B.D. de Julie Maroh de laquelle le film «La vie d’Adèle» est tiré. Un film entouré à la fois de prestige et de polémique concernant les conditions de tournage, la représentation de la sexualité lesbienne, etc. J’avoue, je me tâte encore concernant le visionnage de l’adaptation, mais peut-être que je lui laisserai sa chance. Mais passons à la bande dessinée.

c-est-cette-image-qui-va-hanter-desormais-clementine-1433506900.jpg

«Le bleu est une couleur chaude» évoque l’éveil sexuelle d’une jeune femme, la découverte de son homosexualité (ou plutôt de sa bisexualité, même si ce n’est pas dit clairement), le passage brutal à l’âge adulte et la perte de l’être aimé. Quelque soit son orientation sexuelle, il est difficile de ne pas être touché.e par cette B.D. qui raconte la difficile quête d’identité des années d’adolescence et une histoire d’amour passionnelle. Le dessin se focalisent sur les personnages, souvent en gros plan, et sur leurs émotions. Tout en nuance de noir et de gris, la BD laisse parfois la place à des nuances de bleu et d’orange.

8715a491207a7f14536135008c59e9c5.jpg

«Le bleu est une couleur chaude» est une très belle lecture qui à l’avantage également de rappeler que les femmes lesbiennes ne sont pas une population uniforme et qu’il existe différentes façons de vivre son orientation: discrète et intime ou plus engagée et revendicative, mais que, dans tous les cas, cela reste un choix personnel. Le prix du public à Angoulême est totalement mérité.

En bref, une magnifique BD qui vaut le détour. A offrir et à faire lire!

Julie Maroh, «Le bleu est une couleur chaude», chez Glénat, 2010.

Lu dans le cadre du Feminibooks Challenge:

feminibooks challenge

Une réflexion sur “Le bleu est une couleur chaude / Julie Maroh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s