« Shéhérazade », un amour à l’épreuve de la rue

Plongée dans les quartiers chauds de Marseille, sur les pas d’un amour qui naît au milieu de la violence et du dénuement.

1034943.jpg

2

Marseille, de nos jours. Zachary, 17 ans, sort tout juste sorti de prison. En bisbille avec le nouveau compagnon de sa mère, il est à la rue. Lors d’une promenade avec sa bande, ses amis lui offre une passe avec une prostituée. C’es ainsi qu’il rencontre Shéhérazade, une très jeune prostituée qui va l’accueillir chez elle. Le jeune homme devient alors son proxénète, mais aussi son amant.

1

«Shéhérazade», c’est le genre de bonne surprise que vous réserve le catalogue Netflix, car on ne s’attend pas forcément à y trouver un petit film français, même si ce dernier à reçu trois Césars, dont celui du meilleur premier film!

57631e7_FTstXIXXs-qcYi7trxzFYIBK.jpg

Tourné avec des acteurs et des actrices non-professionnel.les, casté.es de manière sauvage, le film nous plonge dans les quartiers chauds de Marseille, auprès des bandes et des prostituées du quartier de la Rotonde. Je craignais un film ultra cliché sur les quartiers malfamés, mais «Shéhérazade» c’est tout le contraire. C’est une oeuvre très brute, proche du docufiction (d’ailleurs, l’histoire est inspirée de faits réels) avec des personnages rugueux et plus vrais que nature.

ceb2201ab167ad6595458b23c94ed266b956f59c.png

Globalement, le film est toujours là où vous ne l’attendez pas. Premièrement, arriver à instiller du romantisme et de l’espoir dans un contexte si sordide -on parle quand même de mineurs qui volent et se prostituent-, c’est une belle prouesse du réalisateur Jean-Bernard Marlin. Ensuite, les protagonistes sont assez inédits et transforment le récit. Par exemple, on est surpris par le sursaut moral de certains personnages ou, au contraire, par la noirceur de quelqu’un que l’on croyait plutôt bienveillant. En résumé, «Shéhérazade» arrive à vous suspendre au destin shakespearien de ces deux ado, à vous faire croiser les doigts pour eux et espérer que la vie ne les écrase pas.

Le test Bechdel:

Le film ne passe pas le test Bechdel, car même s’il y a des conversations entre femmes qui ne parlent pas d’hommes, il y a peu de personnages féminins dont on connait le nom.

En bref, un très bel exemple de ce que fait cinéma français indépendant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s