« Once Upon a Time… In Hollywood », un hommage déroutant

Plongée dans le dernier film de Quentin Tarantino, un hommage au Los Angeles de la fin des années 1960.

a3378998b6e42c1f2712229459b1ac78b4a24776.jpg

2

Los Angeles, 1969. Rick Dalton, ancienne star d’une série TV western, et Cliff Booth, sa doublure, essayent difficilement de continuer leur carrière à Hollywood en acceptant des rôles de moins en moins prestigieux. On est en pleine période hippie et l’industrie du cinéma change.

1

Je fais clairement partie des gens qui attendent avec impatience le dernier Quentin Tarantino. Celui-là ne faisait pas exception à la règle. Par contre, à la différence de l’enthousiasme que m’avait offert «Les 8 salopards», je suis restée assez dubitative devant «Once Upon a Time…In Hollywood». Le film raconte le Los Angeles de la fin des années 1960, ses stars et le mouvement hippie. Comme vous le savez probablement, «Once Upon a Time…In Hollywood» a comme personnage secondaire, Sharon Tate, épouse de Roman Polanski et victime de la famille Manson qui l’a sauvagement assassinée, alors qu’elle était enceinte. Quentin Tarantino va donc utiliser cette histoire et la tordre selon son imagination (ne vous inquiétez pas, pas de spoiler, ici).

onceuponatime.jpg

Sincèrement, j’ai trouvé que le film se laissait regarder, même si on ne peut pas dire qu’il y ait réellement une histoire à raconter dans la première partie du film qui est plus une exposition de l’univers, de l’ambiance. Mais comme d’habitude avec Tarantino, c’est très bien réalisé et c’est un régal pour les yeux. De plus, j’apprécie vraiment Leonardo DiCaprio dans des rôles un peu décalés. On peut aussi remarquer que le film est aussi globalement moins violent que les précédents films de Tarantino, même s’il contient une scène de violence défouloir et un peu grand-guignolesque.

02-once-upon-a-time-in-hollywood.jpg

Par contre, de tous les Tarantino, c’est le film qui m’a laissée la plus froide. Tout d’abord, je trouve que Tarantino passe un peu son temps à s’autoréférencer et tourne un peu en rond. Deuxièmement, je trouve assez particulière la démarche de prendre l’histoire de Sharon Tate et de la modifier. Je me suis demandée si ses proches ne pouvaient pas trouver ça un peu heurtant. Je ne suis pas du tout pour la censure et je tiens à la liberté de création et d’expression, mais je trouve ça beaucoup plus délicat et risqué que de simplement relater une histoire réelle. Ensuite, j’ai trouvé les dialogues faibles par rapport aux autres films du réalisateur qui contiennent, en général, des tonnes de répliques cultes. Pour conclure, je suis allée voir le film avec quelqu’un qui ne connaissait pas l’histoire de Sharon Tate, donc qui n’a pas eu la référence de tout le film. Et ça m’a ouvert les yeux sur le fait que le film est très américain, car, en y réfléchissant, je pense que beaucoup de personnes en Europe ne savent pas qui est Sharon Tate, ni ne connaissent l’histoire de son assassinat. Et sans cette référence, le film perd quand même un peu de son intérêt.

Le test Bechdel:

Le film passe le test de justesse. Mais sincèrement, les personnages féminins sont totalement décoratifs dans ce film. D’ailleurs, on peut même se demander pourquoi Margot Robbie est citée sur l’affiche tellement elle est secondaire.

En résumé, un visionnage un peu décevant qui donne l’impression que le réalisateur fait des films pour lui-même et pour flatter son ego, mais qui reste agréable. 

2 réflexions sur “« Once Upon a Time… In Hollywood », un hommage déroutant

  1. Je n’ai pas trop accroché à celui ci non plus. Pendant pas mal de temps je me demandais où tout ça allait mener. Comme tu me dis il se laisse regarder mais il ne m’a pas autant enthousiasmé que d’autres de ces films. Par contre la performance de Leonardo est toujours au top il arrive à toujours incarner ses personnages films après films, j’adore.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s