« At Eternity’s Gate », sur les pas de Vincent Van Gogh

Plongée dans l’esprit à la fois génial et torturé de Vincent Van Gogh.

4782700.jpg

2

France, années 1880. Vincent Van Gogh s’installe dans le Sud de la France à la recherche de lumière et d’inspiration. Malheureusement, sa santé mentale l’oblige à déménager et à faire des séjours en hôpital psychiatrique. Il finira par se rapprocher de Paris et de son frère Theo, pour entrer dans la partie la plus productive de sa carrière.

1

«At Eternity’s Gate» de Julian Schnabel est un biopic très habile de la vie et de l’oeuvre de Vincent Van Gogh. Les biopics sont un exercice un peu dangereux où l’on tombe facilement dans un récit très linéaire, une mise en scène super classique, voire sur un «film-produit» formaté pour les Oscars où un acteur livre la prestation-de-sa-vie et gagne une statuette.

at-eternitys-gate-2018-willem-dafoe-cbs-films.png

«At Eternity’s Gate» est loin de ça. Même si le film se penche sur une période très connue de la vie du peintre, le réalisateur ne se contente pas de raconter Vincent Van Gogh, il vous le fait ressentir. Avec sa caméra toujours très près du personnage, ses vues subjectives, son côté très sensoriel (on sent le vent glacé, les blés qui bruissent, l’éblouissement de la lumière), Julian Schnabel nous met dans la tête du peintre. Et ce travail est vraiment sublimé par la prestation de Willem Dafoe qui est fascinant, à la fois touchant et inquiétant. Le réalisateur retranscrit également avec astuce les problèmes de santé mentale de Vincent Van Gogh au moyen d’un flou au bas de l’écran, de répétitions et de décalages sonores qui permettent de comprendre la souffrance du protagoniste.

at_eternitys_gate_leaderboard.jpg

Le film contient également une petite surprise, concernant la mort de Vincent Van Gogh, car le réalisateur se base sur des théories récentes avançant que le peintre ne se serait pas suicidé. A noter que le film est sorti sur Netflix en France, mais dans les cinémas en Suisse.

Le test Bechdel:

Le film ne passe pas le test, car il n’y a pas de personnages féminins nommés qui interagissent.

En résumé, un très beau biopic qui évite les écueils du genre. 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s