Dans les eaux du lac interdit / Hamid Ismaïlov

Direction le Kazakhstan pour découvrir le destin tragique du jeune Yerzhan, victime collatérale de la folie des hommes.

dansleseauxdulacinterdit.png

synopsis

Un voyageur anonyme traverse les steppes kazakhes en train. Au fil du voyage, des passagers et des vendeurs ambulants montent à bord. Après un arrêt dans une gare minuscule, un garçon monte dans le train et joue du Brahms au violon. Son talent impressionne le voyageur qui l’interroge. Le voyageur découvre alors l’histoire étonnante de Yerzhan, un homme de 27 ans, qui a l’apparence d’un garçonnet de 12 ans.

1

Si vous êtes du genre à diversifier les provenances de vos lectures, Hamid Ismaïlov vous fera sans doute gagner des points, puisqu’il est un auteur ouzbek, une nationalité qui ne monopolise pas tellement les rayons des librairies.

«Dans les eaux du lac interdit» est un court roman qui nous emmène dans les steppes isolées du Kazakhstan où vivent deux familles. Les grands-parents, parents, oncles et enfants y vivent de l’entretien de la voie de chemin de fer, de l’élevage et du travail sur la base d’essai nucléaire. Un endroit funeste où se déclenche des explosions atroces qui terrifient le petit Yerzan et sa famille. Un mal nécessaire pour battre les États-Unis, ce lointain ennemi, pour lequel le bloc de l’Est va tout sacrifier, y compris la population kazakhe.

Car le hameau se tient non loin du polygone nucléaire de Semipalatinsk où furent testées des charges atomiques. On estime que les radiations libérées à Semipalatinsk lors de la durée des essais auraient été plusieurs centaines de fois supérieures à celles de la catastrophe de Tchernobyl.

Mais, ce n’est pas sous la forme d’un roman historique qu’Hamid Ismaïlov nous livre cette histoire malheureuse. Mais au travers d’un roman qui ressemble presque à un conte d’apprentissage où l’on suit deux familles et un petit garçon prodige musicien, amoureux fou de sa petite voisine qu’il rêve de séduire une fois adulte. Mais les rêves de Yerzan vont être ruinés par l’absurdité destructrice des hommes…

En résumé, avec poésie et sans pathos, l’auteur nous fait découvrir une réalité trop peu connue et déchirante.

Hamid Ismaïlov, «Dans les eaux du lac interdit» , chez Denoël, 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s