« Winter’s Bone », plongée glaciale dans le Missouri

Découverte du film qui a révélé la talentueuse Jennifer Lawrence!

MV5BMjA0OTM3MDMxNF5BMl5BanBnXkFtZTcwMDY1MjI0Mw@@._V1_.jpg

2

États-Unis, dans les forêts du Missouri. Ree, une adolescente de 17 ans, s’occupe de son frère et de sa sœur, ainsi que de sa mère malade. L’adolescente peine à nourrir sa famille et le quotidien est morne. Les choses empirent quand Ree apprend que son père, un dealer de meth, a pu sortir de prison en mettant la maison de la famille en caution…avant de disparaître de la circulation. S’il ne se présente pas au tribunal, la maison sera saisie et la famille perdra son unique possession. Ree se lance donc à sa recherche au travers des réseaux criminels du coin.

1

«Winter’s Bone» est un film largement acclamé, mais qui a eu un succès modeste. J’ai découvert son existence en m’intéressant à la carrière de Jennifer Lawrence, puisque ce film est considéré comme celui qui l’a révélée. Elle sera d’ailleurs sélectionnée pour les Oscars faisant d’elle l’une des plus jeunes actrices jamais nommée. Et le visionnage du film ne dément pas son mérite!

7055fcb76ffa40a11f463271954d2cc5.jpg

«Winter’s Bone» est un film qui vous plonge dans une ambiance glaciale et brute de décoffrage. On y découvre une population américaine que l’on n’aimerait pas trop voir: les fameux white trash. Dans le film de Debra Granik, on rencontre des personnages qui vivent dans des villages paumés du Missouri, sinistrés économiquement et socialement et où la source de revenu principale semble être la petite criminalité. C’est un univers triste, violent et presque clanique.

C’est sur cette mer dangereuse et agitée que va devoir naviguer la jeune Ree. Malgré son joli visage et son affection débordante pour ses frères et sœurs qu’elle élève, Ree va montrer qu’elle en a sous le capot. Têtue, voire bornée, elle va tout braver pour sauver son toit, en partant à la recherche de son père. Elle va rapidement constater que sa recherche dérange et qu’elle devra en payer le prix.

winters-bone.jpg

C’est un film que j’ai vraiment aimé, car au lieu de s’échouer dans le misérabilisme —ce qui aurait était facile vu le contexte—, c’est une ode au courage (mais sans les violons) qui montre comment une jeune femme peut tout faire pour préserver sa famille et passer par les pires épreuves. D’ailleurs, même si la protagoniste est une ado, le scénario ne prend vraiment pas de pincettes avec elle. «Winter’s Bone», c’est aussi un casting avec des acteurs qui ont de vraies gueules, aussi rudes que leur environnement.

Le test Bechdel:

Le film passe le test grâce aux conversations de Ree avec sa petite sœur et sa meilleure amie notamment.

En résumé, un petit bijou du cinéma américain indépendant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s