« Bloodline »: palmiers, lâcheté et secrets de famille

Aujourd’hui, je vous parle d’une série, un peu trop discrète à mon goût, qui nous plonge au cœur d’une famille floridienne déchirée: «Bloodline».

poster-780.jpg

synopsisFloride, dans les Keys. Robert et Sally Rayburn tiennent un magnifique hôtel sur Islamorada. Le couple a quatre enfants. Les cadets John, Meg et Kevin, respectivement shérif, avocate et mécanicien sur bateau, sont très proches de leurs parents et forment une famille soudée. Seul ombre au tableau, Danny, leur frère aîné. Ce dernier, toujours fourré dans les problèmes et ayant des relations exécrables avec son père, a quitté les Keys pour retourner sur le continent. Mais à l’occasion d’une fête de famille, Danny revient. Sa personnalité et quelques événements vont faire remonter à la surface toutes les vieilles histoires de famille. Pour le pire…

avis

Une famille avec des secrets, un hôtel sur une plage idyllique de l’archipel des Keys, ça pourrait faire un bon scénario pour un soap. Mais, quand c’est bien fait, cela peut faire un excellent décor pour une série dramatique fascinante.

bloodline-ep-7-e1470190195984.jpg

«Bloodline» est une série Netflix de trois saisons qui nous emmène à la rencontre d’un couple respecté et apprécié et de leur quatre enfants adultes. Dès les premières images, la série vous met dans l’ambiance. On comprend que quelque chose a dérapé dans cette famille. Comme le dit la voix-off: «Nous ne sommes pas de mauvaises personnes, mais nous avons fait quelque chose de mal». Et le spectateur aura toute la première saison pour découvrir l’événement désastreux, puis les deux dernières saisons pour en apprécier les conséquences.

blodline-saison-2-critique-serie-netflix.jpg

Mais pourquoi cette série est si fascinante, alors que les secrets de famille dans des décors de carte postale sont presque un cliché éculé? Parce les scénaristes ne se contentent pas de jouer sur le suspense et les révélations puisqu’on connait le climax de l’histoire à la fin de la première saison. La série est bien plus profonde que ça, car elle s’amuse à détricoter la famille idéale américaine, la réussite et la respectabilité. Elle montre que la famille, si elle transmet des choses positives, transmet aussi les secrets et les malaises. La série traite également d’un sujet assez délicat à mettre en images: la honte et la lâcheté.

bloodline.jpeg

De plus, la série est peuplée de personnages multi-facettes, interprétés par un casting incroyable. Tout d’abord John (Kyle Chandler (ah les vieux souvenirs avec «Demain, à la une» ♥), le bon père de famille, celui qui est toujours là pour aider les autres, mais qui va tomber en lambeaux au fur et à mesure de la série, malade de sa lâcheté. Puis, Danny (Ben Mendelsohn (inquiétant au possible)), le frère aîné, instable, toxicomane et repris de justice, dont il est difficile de savoir s’il est un homme blessé ou un homme dangereux. Ensuite Megan, l’avocate talentueuse en manque de confiance en elle. Et finalement, Kevin, le boulet de la fratrie, gentillet, mais totalement néfaste. On trouve aussi au casting Sissy Spacek (connue pour son rôle de Carrie dans «Carrie au bal du diable»), Sam Shepard et Chloë Sevigny.

Dernière chose, la série filme admirablement l’archipel des Keys en montrant son côté paradisiaque, mais aussi la réalité sociale américaine, très inégalitaire, même sous le soleil de Floride.

En résumé, si vous aimez les secrets de famille, mais pas les sagas un peu kitsch, «Bloodline» est faite pour vous!

Publicités

4 réflexions sur “« Bloodline »: palmiers, lâcheté et secrets de famille

  1. C’est une série qui m’a vraiment demandé beaucoup de patience ! Comme tu le décris, le côté famille parfaite, histoires de famille, d’infidélité, de secrets m’a un peu submergée au début, même si les flash back et la fin annoncée laissaient entendre qu’il y aurait des drames pour rythmer l’ensemble.
    Mon homme a vite décroché, et j’ai regardé seule, savourant que chaque personnage reste dans le chemin qu’il s’était tracé dans l’enfance. Loyal, insécure, raté, blessé, chacun a des raisons d’agir de la sorte, même si ça finit toujours par être un peu caricatural. La preuve que je me suis bien immergée c’est que j’avais envie de protester, de les faire s’asseoir et discuter pour effacer les secrets, assainir des situations, ça en devenait comique.
    Bon, l’arrivée du fils et de la bru indésirables ne me paraissent pas forcément une bonne idée de scénario, à voir s’ils allongent la sauce encore une saison…

    1. Alors si j’ai bien compris ces 3 saisons seront les seules. Personnellement, j’ai aussi quelques doutes au début et surtout la peur d’être tombée sur une classique histoire de famille avec des révélations à répétitions, etc. Mais j’ai été séduite par l’ambiance malaisante et surtout par la psychologie des personnages qui est intéressante. J’ai trouvé ensuite également étrange l’arrivée du fils, mais je trouve que le final de la série, lui donne tout son sens!

  2. Elle fait partie de mes séries « à voir » mais bizarrement, je ne prends jamais le temps de lancer le premier épisode.. Je crois que j’ai peur que ls premiers épisodes prennent trop leur temps pour se mettre en place… (alors qu’objectivement je n’en sais rien… Irrationnelle -v-‘)

    1. Alors ça prend effectivement un peu de temps au début. Je pense qu’il faut accrocher à l’ambiance, à cet espèce de malaise ambiant, pour avoir envie de continuer!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s