Le Sculpteur / Scott McCloud

A la découverte d’un roman graphique faustien dans les rues de New-York.

lesculpteur.png

synopsis

David Smith est un jeune sculpteur new-yorkais inconnu, sans-le-sou et dépressif. Alors qu’il est assis, légèrement ivre, dans un diner, il croise son oncle…décédé depuis plusieurs années. L’apparition va alors proposer un pacte à David:  il mourra dans 200 jours, en échange, il deviendra le sculpteur le plus célèbre de tous les temps. Le jeune homme accepte, mais il n’avait pas prévu de tomber amoureux.

1

Peu connaisseuse de B.D., j’ai pourtant craqué pour cet énorme roman graphique de presque 500 pages et ses magnifiques planches représentant New-York. Ce que je ne savais pas c’est que le dessinateur Scott McCloud est un théoricien américain de la bande dessinée et que «Le Sculpteur» est son premier roman graphique.

«Le Sculpteur» est un drame fantastique, dessiné dans un nuancier noir et bleu. Dans ce récit, on suit les 200 jours d’un sculpteur dépressif qui a conclu un pacte avec le Diable (ou ce qui semble l’être). Ce pacte lui offre le pouvoir de sculpter toutes les matières à mains nues, dans l’espoir de devenir le sculpteur le plus renommé. Les personnages de Scott McCloud sont dessinés de manière simple et limpide, les décors sont eux plus détaillés. Son style se lit avec une grande fluidité, tout comme le scénario puisqu’il est une revisite du mythe de Faust.

le_sculpteur-ange.jpg

Ce que j’ai apprécié dans ce roman graphique, c’est qu’il explore la psyché de son personnage. Il nous montre son désespoir, sa solitude, puis sa mégalomanie, son obsession qui le feront passer à côté d’un bonheur plus authentique, qu’il ne reconnaîtra que trop tard. On y retrouve également bien l’ambiance de la rue new-yorkaise. Malgré ses nombreuses pages le roman se lit rapidement et le découpage de l’histoire est rythmé, avec une accélération tragique à la fin. Les dernières pages sont d’ailleurs à couper le souffle!

Cependant, malgré le plaisir que j’ai eu à lire «Le Sculpteur», j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs au milieu du roman et qu’il avait, sur certains aspects, un romantisme un peu facile.

En résumé, un très beau roman graphique qui ne manquera pas de vous attraper, même si vous n’êtes pas des connaisseurs et connaisseuses du genre.

Scott McCloud, «Le Sculpteur» (titre original: The Sculptor), chez Rue de Sèvres, 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s