« Tallulah », la vie est la meilleure des mères

Après «Okja», découverte d’un deuxième film produit par Netflix.

tallulah-poster.jpg

2

Tallulah, une jeune femme qui vit sans attache dans un vieux van est quittée par son compagnon, Nico. Pensant que ce dernier est retourné chez sa mère à New-York, Tallulah s’y rend. Le chapardage de nourriture la mène dans les couloirs d’un hôtel où elle tombe sur une femme riche, paumée et probablement alcoolique qui néglige sa petite fille, Madison. Tallulah, émue devant la détresse de la fillette l’enlève et la fait passer pour sa fille en tentant de se réfugier chez la mère de Nico.

1

«Tallulah» est une production Netflix, scénarisée et réalisée par Scian Heder, qui fait partie de l’équipe d’écriture de la série «Orange Is the New Black». Appréciant énormément cette série et Ellen Page qui tient le rôle principal, je ne pouvais qu’être curieuse de ce film. Au final, le bilan est mitigé.

b65cff785ed82bd376b48aed100116ae5c6cb4f4.jpg

«Tallulah», c’est principalement l’histoire de trois femmes aux vies radicalement différentes. Tout d’abord, Tallulah, jeune femme rebelle qui vit à la marge de la société; puis Margo, une New-Yorkaise qui vit dans l’aisance mais quittée par son mari et son fils et enfin Carolyn, femme-objet dans toute sa splendeur qui vit aux crochets de son mari riche et qui est incapable de s’occuper de sa fille, tant elle semble elle-même être une enfant. Mais ces dernières ont en commun la perte d’un homme qu’elles aimaient: un petit ami qui part sans dire au revoir, un mari et un fils qui s’en vont, un époux devenu indifférent.

«Tallulah» est un film d’apprentissage où chacune des protagonistes va apprendre quelque chose des autres: être responsable, savoir lâcher prise, se rendre compte de la chance que l’on a ou encore arrêter de nier ses problèmes. Globalement, le plaisir et l’émotion sont au rendez-vous. Les acteurs sont convaincants et même si la mise en scène reste assez classique, la réalisatrice a une jolie façon d’introduire des flashbacks très subtils dans le récit.

tallulah-image-1.jpg

Cependant, le film est extrêmement prévisible et ne surprend jamais le spectateur. «Tallulah», qui est censé être un film indépendant, semble parfois se transformer en téléfilm sentimental où tout le monde fait amende honorable à la fin. C’est dommage, surtout de la part d’une scénariste d’«Orange Is the New Black», une série qui ne cesse de faire vivre des montagnes russes émotionnelles à celles et ceux qui la regardent.

Le test Bechdel:

Le film passe facilement le test Bechdel.

En résumé, un film agréable, mais de loin pas indispensable.

Publicités

2 réflexions sur “« Tallulah », la vie est la meilleure des mères

  1. Tiens, je ne l’avais pas vu passer ! Du coup je l’ai ajouté à ma liste ; quand j’aurai envie d’un film qui ne prend pas la tête, j’y penserai 🙂 (je regarde surtout des séries, car la durée des films est de plus en plus longue – « Tallulah » dure 1h51)

    1. Alors, j’ai trouvé que le temps passait assez vite. Mais, je suis d’accord avec toi sur l’allongement des durées de films, surtout quand les réalisateurs étalent artificiellement des histoires sur 2h30, alors qu’il y a de la matière pour 2h maximum…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s