La multiplication des personnages féminins est-elle la victoire du politiquement correct?

Retour sur une polémique qui date déjà un peu, mais qui méritait une petite mise au point.

politiquementcorrect.png

♠ Attention ♠
Il ne s’agit pas ici de parler de la qualité des films/séries, mais de la diversité que ces œuvres présentes. La diversité contribue à offrir un paysage culturel où tous et toutes peuvent se sentir inclus-e-s. La diversité n’influence pas la qualité artistique d’un film ou d’une série. Avoir des personnages diversifiés ne rend ni bonne, ni mauvaise une oeuvre.

A moins de ne pas du tout vous intéresser à la pop culture et de vivre dans une cabane au milieu des bois, vous n’avez pas échappé à la nouvelle (qui n’en est plus une depuis le temps…): le 13ème Dr Who sera…une femme. Malheureusement, sans surprise, l’actrice Jodie Whittaker et la production de la série ont dû subir un flot de commentaires assassins et sexistes. Dans ces sympathiques diatribes, un sujet revient fréquemment.

Ce choix serait la victoire du politiquement correct qui veut que l’on transforme des personnages masculins en personnages féminins pour plus de diversité (ou pour ramper devant les féminazis, c’est selon). On avait déjà eu droit à une avalanche de commentaires plus ou moins polis lors de l’annonce de Ghostbusters 3 et de son équipe féminine qui, en plus, s’octroyait le droit de ne pas être en tenue moulante et de ne pas nécessairement correspondre aux critères de beauté habituels.

Ils sont appelés Social Justice Warriors (SJW) ou PC brigades (PC pour politically correct) par les quérulents. Ils seraient à la source d’un complot mondial qui vise à effacer les hommes de nos écrans. Et les énervés de Twitter souhaitent leur faire la peau. Mais, c’est vrai, après tout, comment ose-t-on toucher à leur film fétiche ou à leurs héros sans peur et sans reproche auxquels ils ne manquent pas de s’identifier depuis leur canapé en slip et en chaussettes, avec chips à la main. Cette agitation autour du genre des personnages de nos séries et films préférés permet de faire plusieurs constats.

La pop culture est intouchable:

Digne du blasphème, altérer, modifier, adapter des récits issus de la pop culture est digne d’un parcours d’obstacles sous les tirs de tomates pourries. Après Dieu, il y a la pop culture faite de films et de séries d’enfance, d’adolescence, voire d’adulescence. Malheur à celui qui touchera un cheveu de Marty MacFly, des Dr Venkman, Stantz et Spengler ou un poil de Gremlins. La culture est un objet mouvant. Toutes les œuvres majeures qui ont traversé le temps ont été adaptées, modifiées, remises au goût du jour, voire parodiées. Si l’on a l’habitude de ce genre de modifications dans les œuvres classiques, qu’elles soient théâtrales, littéraires ou cinématographiques, il n’y a pas de raison pour que l’on ne puisse pas adapter des œuvres plus actuelles. Un film, un livre que l’on transforme, c’est une oeuvre qui compte, car on ne perd pas son temps avec un vieux navet sexiste et mal écrit que personne n’a vu.

Les femmes ne constituent apparemment pas la moitié de l’humanité:

Les femmes sont victimes depuis des millénaires d’un mal discret, mais féroce: l’invisibilisation. Il n’y a plus vraiment besoin de le démontrer. Les métiers à majorité féminine sont mal payés. Le travail domestique, exercé majoritairement par des femmes, n’est ni payé, ni valorisé, en plus d’être considéré comme acquis. La contribution des femmes à notre histoire commune et au progrès est souvent ignorée. Saviez-vous que la technologie qui vous permet de surfer tranquillement depuis votre canapé sans être encombré-e de câbles a été inventée par une femme? Moi non plus (la B.D. de Pénélope Bagieu l’illustre bien). Concernant l’histoire, ses codes ont été écrits par les hommes et les puissants qui valorisaient les grands individus, les batailles, les dates, invisibilisant au passage les femmes, les non-blancs et les pauvres.

«Cette vision de l’individu hissé au coeur de l’histoire renvoie par exemple au néant l’aventure de milliers d’ouvrières anonymes du textile, celle des femmes au foyer, des mouvements sociaux, etc. Ces canons, hérités des figures royales ou saintes, expliquent qu’une partie de l’humanité soit restée invisible et que l’histoire des femmes ait pu être largement passée sous silence.»¹

Jean-François Nadeau, historien

Les fictions ont donc logiquement suivi la voie toute tracée par la grande Histoire en montrant des hommes. Et malgré les progrès, c’est toujours le cas dans la grande majorité des films actuels comme on peut le constater avec cette étude faite sur les 100 films américains qui ont le plus rapporté en 2016²:

Capturefilm222

Capturefilm

Capturefilm3

Quand on voit ces résultats, on se dit que les hommes qui ont peur de ne plus avoir de héros (pourvus de gonades mâles) à qui s’identifier n’ont pas à s’inquiéter. N’en déplaise à l’acteur Peter Davidson qui déplore la perte de role model pour les garçons³.

Les femmes sont des êtres humains si différents qu’il n’est pas possible de s’identifier à elles:

Il est difficile de ne pas ricaner devant ces fan de «Dr Who» capables de s’identifier à un extraterrestre qui voyage dans le temps, mais pas quand celui-ci a l’apparence d’une femme. Malgré le côté cocasse de cette contradiction, il se cache derrière elle une réalité dérangeante. Les hommes n’arrivent pas à s’identifier aux femmes, ni à se mettre à leur place. Pourquoi? Parce que depuis leur enfance, on leur a appris qu’ils étaient l’universalité, le neutre et les femmes, la particularité. Les femmes ne sont pas des êtres humains universaux, leurs problèmes sont des problèmes de femmes qui ne regardent personne d’autres qu’elles. Ne faudrait-il pas s’inquiéter du fait qu’une partie de l’humanité n’arrive pas à s’identifier à l’autre moitié? D’autant plus que les femmes ont longtemps dû s’identifier exclusivement aux personnages masculins si elles souhaitaient avoir des modèles courageux, aventureux et indépendant.

Apparemment, la liberté d’expression se conjugue mal avec le devoir d’être respectueux.

A-t-on le droit de dire que l’on n’est pas d’accord avec un choix artistique? Oui! Mais il est important de ne pas confondre désaccords et propos haineux et sexistes. Quand les scénaristes de Game of Thrones ajoutent des viols qui n’existent pas dans le livre à leurs épisodes et mettent des filles avec les seins à l’air un peu partout, cela me scandalise, mais jusqu’à maintenant je ne leur ai pas envoyé de tweet où je les traite de sales porcs phallocrates. Ce n’est pas le pays des Bisounours, mais un peu d’éducation et de politesse dans la jungle d’Internet ne ferait pas de mal.

Alors si tu veux une pop culture hétérocentrée, masculine et blanche, je te propose de retourner dans ta cave et d’aller mater des films des années 80 avec des personnages féminins décoratifs et des noirs qui meurent toujours avant la fin. Mais, laisse tranquille les gens qui font avancer la pop culture! A bon entendeur.

07cce600ebf1c2ce0854e7ab7df681d9.jpg
Source: inconnu (si vous trouvez qui a fait ce montage merci de me le signalez!)

Les références:

¹http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/493173/les-grandes-oubliees-l-histoire-invisible-des-femmes

²http://womenintvfilm.sdsu.edu/wp-content/uploads/2017/02/2016-Its-a-Mans-Celluloid-World-Report.pdf

³http://www.madmoizelle.com/doctor-who-role-model-804915

 

Publicités

6 réflexions sur “La multiplication des personnages féminins est-elle la victoire du politiquement correct?

  1. On en a beaucoup discuté avec des amies à propos d’un film qu’on considérait par ailleurs comme irréprochable et artistiquement réussi, 120 Battements Par Minute. On en a conclu que la présence de personnages féminins devait être liée à un changement d’esthétique par rapport à l’esthétique rock, virile, californienne etc., du siècle dernier. Une esthétique de la responsabilité et de l’attention portée aux minorités invisibles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s