HHhH / Laurent Binet

Partons à la découverte de ce qui se cache derrière ce titre presque ésotérique et cette figure inquiétante!

HHhH.png

synopsis

2ème Guerre mondiale, Prague. Dans l’ombre se prépare l’opération Anthropoid. A l’initiative de Londres, deux parachutistes, Jozef Gabčík et Jan Kubiš, ont pour objectif d’assassiner l’un des personnages les plus importants du Troisième Reich, Reinhard Heydrich, surnommé « le Boucher de Prague ».

1

Cela faisait un moment que je souhaitais lire ce livre, notamment pour son titre intrigant, mais aussi pour son contexte historique très intéressant: la situation de la Tchécoslovaquie, particulièrement de la ville de Prague durant la 2ème Guerre mondiale. Effectivement, en 1939, quand la région est envahie par les troupes nazies, on sépare le pays en deux. D’un côté, la République slovaque, d’un autre, le Protectorat de Bohême-Moravie. C’est Reinhard Heydrich qui hérite du Protectorat pour le grand malheur des Tchèques. Effectivement, l’homme est un des dignitaires nazis les plus redoutés, puisqu’il est notamment en charge de l’activité des Einsatzgruppen, les troupes d’extermination. Il ne fera pas mentir sa réputation en mettant à feu et à sang le Protectorat pour empêcher toute rébellion des Tchèques, puis en étant, plus tard, un des organisateurs de la shoah.

«HHhH» fait référence au surnom du génocidaire en question qui est une abréviation de la phrase « Himmlers Hirn heißt Heydrich » (Le cerveau d’Himmler s’appelle Heyndrich). C’est justement l’importance du personnage dans l’appareil nazi qui va décider le président tchèque en exil à organiser un attentat contre Heyndrich. Ce roman raconte la préparation de cet attentat. Mais pas seulement.

L’auteur met en scène la difficulté de la rédaction d’un roman historiqueLaurent Binet se demande comment démêler les certitudes et les éléments qui relèvent des suppositions, des déductions, du probable. Effectivement, on connaît certains évènements précisément, car ils ont été documentés par des rapports militaires, par exemple. Mais comment connaître le ton des discussions entre deux interlocuteurs, les tics de langage d’un homme, s’il était du genre à rester assis ou à se lever lorsqu’il s’énervait ? L’auteur peut-il inventer ? Supposer ? Ou doit-il se passer de ces détails et en rester à ce qu’il sait uniquement. Ce sont ces questions qui entrecoupent le récit de l’opération Anthropoid.

J’ai trouvé cette forme de récit originale et absolument passionnante, car, en plus d’immerger le lecteur dans un évènement historique, le roman questionne le genre entier du roman historique. C’est un roman à la fois très érudit et très accessible (malgré la complexité de la situation et le foisonnement de personnages tout est présenté de manière très claire). Par contre, il y a un élément qui m’a sévèrement irritée. C’est que l’auteur ne peut s’empêcher d’identifier les femmes de l’Est uniquement à leur beauté. Dire son appréciation du physique de personnes de telle ou telle région du globe n’est pas nécessairement problématique, mais quand c’est le qualificatif principalement attribué, c’est nier la personnalité, l’individualité de ces femmes qui sont autre chose que des jolies enveloppes.

En résumé, un livre qui ravira les amatrices et amateurs de romans historiques et ceux qui apprécient les questionnements d’ordre littéraire.

Laurent Binet, «HHhH», 2010, chez Grasset et Le Livre de Poche.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “HHhH / Laurent Binet

    1. Je suis totalement passée à côté du film, je ne savais même pas. Je viens de regarder le trailer et c’est vrai que je ne vois pas trop l’intérêt, car cela raconte (apparemment) seulement l’attentat et pas tout le questionnement littéraire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s