« Okja », une fable dramatique sur l’élevage industriel des animaux

Découverte, sur le canapé, d’un film sélectionné à Cannes, mais diffusé uniquement sur Netflix.

Okja-poster.png

2

La société Mirando, active dans l’alimentaire, annonce qu’elle a créé une nouvelle race de cochons géants destinés à nourrir toute l’humanité. Ving-six de ces nouveaux cochons seront élevés par plusieurs éleveurs à différents endroits de la planète, pour ensuite participer au concours du plus beau cochon. Mija vit avec son grand-père dans les montagnes sud-coréennes en compagnie d’un de ces cochons qu’elle appelle Okja. Mais, elle ne sait pas qu’Okja ne lui appartient pas et que son cochon est censé retourner aux États-Unis pour faire face à son destin de bétail à viande.

1

«Okja» a beaucoup fait parler de lui à cause de son mode de distribution et je ne vais pas rentrer dans la polémique sur la «destruction du cinéma diffusé en salle». Effectivement, comme j’habite en Suisse, dans une ville d’importance moyenne, le cinéma est cher et les films sont diffusés en VF. Ceci m’éloigne donc pas mal du cinéma en salle. Et comme vous l’aurez compris, je suis abonnée à Netflix et j’aime beaucoup cette plateforme.

OKJA-FF2-007

Globalement, j’ai apprécié «Okja». C’est un film très rythmé où l’on ne s’ennuie jamais. Beaucoup l’ont déjà dit avant moi, mais le début du film, qui se passe dans les montagnes sud-coréennes, fait réellement penser à un dessin animé de Miyazaki. Comme vous l’aurez compris, le film délivre également un très fort message sur l’industrialisation de la viande et le capitalisme sauvage qui écrase les individus et détruit la nature.  Le tout est servi par un casting ultra prestigieux (Tilda SwintonPaul DanoJake GyllenhaalSteven Yeun) et une jeune fille vraiment adorable (Ahn Seo-hyeon) dans le rôle principal de Mija. Jake Gyllenhaal, qui joue le rôle du Dr Johnny Wilcox, un vétérinaire à la solde de Mirando, est très proche du burlesque dans son interprétation. Personnellement, j’ai ri, mais je ne suis pas certaine que cela plaise à tout le monde. J’ai également trouvé judicieux que le réalisateur tente de ne pas être trop manichéen en montrant les problèmes au sein du mouvement de libération des animaux qui tente, dans le film, de lutter contre l’industrialisation, mais avec des méthodes pas forcément éthiques non plus.

_KF13116.NEF

Par contre, quelques aspects m’ont dérangée. Tout d’abord, le film semble avoir de la peine à choisir son genre, car il alterne entre la fable, le film d’aventure et le pamphlet politique. Comme je l’évoquais plus haut, malgré son histoire dramatique, «Okja» intègre pas mal d’humour, notamment lors de la première moitié du film. Le problème, c’est que parfois cet humour est un peu enfantin et le contraste avec la fin du film qui est émotionnellement très difficile est déstabilisant, voire dérangeant.

OKJA

On peut ajouter que les effets spéciaux pour Okja ne sont pas au top, mais cela n’est pas si dérangeant. Par contre, ce qui m’a embêté avec le personnage d’Okja, c’est que c’est un animal peu réaliste. Effectivement, ses capacités intellectuelles et physiques semblent assez éloignées de celles d’un cochon (les cochons sont très intelligents, mais pas à ce point…) et je pense que le message du réalisateur Bong Joon-ho aurait eu plus de force en représentant un animal non imaginaire ou plus réaliste.

Le test Bechdel

Le film passe le test Bechdel.

En résumé, un film que je vous encourage à découvrir, si vous n’avez pas peur d’être déstabilisé à la fois par le style cinématographique et par son message!

 

Publicités

2 réflexions sur “« Okja », une fable dramatique sur l’élevage industriel des animaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s