« La belle et la bête », le souvenir d’enfance en version numérique

Moi aussi, j’ai cédé à l’enthousiasme, que dis-je, à l’hystérie générale autour du remake de «La Belle et la Bête».

media.nrj.fr%2F1900x1200%2F2017%2F02%2Fla-belle-et-la-bete_3813.jpg

2

Fin du 18ème siècle, en France. Dans un château vivait un beau prince capricieux et égoïste. Le jour où il refuse d’abriter une mendiante, qui se révèle être une enchanteresse, il est condamné à vivre sous les traits d’une bête et tous les habitants du château sont maudits. Seul l’amour véritable pourra le libérer, lui et son château. Mais, le temps passe, la rose se fane et le désespoir gagne la Bête. Cependant, l’apparition providentielle d’une jeune fille courageuse, venue délivrer son père de la Bête, va tout changer.

1

Je ne suis pas très originale. Comme pour beaucoup de personnes, «La Belle et la Bête» est un de mes dessins animés préférés et je ne peux pas compter les visionnages de cette pauvre VHS. Alors, j’aurais dû forcément être totalement excitée par la remake annoncé très tôt, à grands coups de teasing. Et bien pas tant que ça…Je ne suis pas fan des remakes et je trouve que quand une chose a été bien faite, on peut se permettre de lui foutre la paix. Et comme, je m’y attendais, l’expérience fut mi-figue, mi-raisin, entre réminiscences de l’émerveillement enfantin et raisonnement plus cynique de l’adulte critique.

la-belle-et-la-bete-photo-film-5-2048x1369.jpg

Ce qui a le plus touché mon âme d’enfant, c’est l’univers du dessin animé qui prend vie grâce à la magie de la création numérique. C’est vraiment jouissif de voir ces personnages, ces décors prendre forme, avoir l’impression de pouvoir les toucher.

Le casting est prestigieux. Et si tout le monde parle d’Emma Watson, j’ai surtout apprécié Luke Evans dans rôle de Gaston. Je suis plus réservée sur la Bête, interprétée par Dan Stevens, qui manque de charisme et ne fait pas vraiment peur. Mais, difficile de savoir si le problème vient de l’animation ou de l’acteur.

08993cd87088aa4940160070ed730.jpeg

J’ai également trouvé intéressant d’ajouter quelques éléments au scénario qui permettent d’approfondir le conte, comme l’histoire de la mère de Belle ou encore pourquoi personne ne sait rien sur le mystérieux château de la forêt.

Par contre, l’adulte en moi avait envie de crier tout au long du film: «Mais quel est l’intérêt de ce film?». Car, au-delà des quelques ajouts mineurs, le film est un copier-coller du dessin animé de 1991 (1992 pour la sortie française). Artistiquement, c’est le degré zéro de la prise de risque artistique. De plus, gros sacrilège pour un Disney, j’ai trouvé que les chansons supplémentaires, celles qui n’étaient pas dans le dessin animé d’origine, sonnaient plutôt mal. Le marketing totalement exagéré autour de ce film m’a également exaspérée. On oublie un peu trop vite que Disney ne fait pas ça parce qu’il souhaite rendre heureux plein de fans à la recherche d’un réconfort enfantin. La démarche n’a d’autre but que de faire des entrées et vendre du merchandising en n’ayant pas besoin de se creuser la tête. En gros, «La Belle et la Bête», c’est comme mangé une Danette au chocolat, ça fait plaisir, mais il faut rester conscient que c’est un produit de supermarché.

la-belle-et-la-bete-disney-critique-2.jpg

Le test Bechdel:

Le film passe le test.

En résumé, un film réservé aux nostalgiques et aux fans du dessin animé qui ne veulent surtout pas être surpris. 

Publicités

11 réflexions sur “« La belle et la bête », le souvenir d’enfance en version numérique

  1. Je ne l’ai toujours pas vu (enfin je dis ca comme si c’était une nécéssité) mais pour moi aussi c’était mon disney préferé et là tu vois de voir lumière en vrai chandelier sur la photo que tu as mise, ca perd du charme du dessin animé

    1. Alors, moi l’univers qui prend vie c’est ce qui m’a plu justement. Mais, oui ça peut être aussi dérangeant de voir ces personnages dessinés incarnés dans de vrais objets!

    1. Moi, je n’ai pas vu la version de Cocteau, alors qu’on m’en a parlé des dizaines de fois…Je pense que c’est plutôt moi qui devrait avoir honte :)…mais, à ma décharge, j’étais pile dans la cible d’âge au moment de la sortie du dessin animé et il a bercé mon enfance…

  2. Je te rejoins totalement sur La bête/Dan, un truc a buggué sûrement pour lui car ce n’est pas vraiment réussi. Et pour le coup, je me tiens tellement éloignée de tout battage médiatique (genre je n’ai regardé aucun trailer, hypothèses et contradictions avant la sortie) que ça me permet d’éviter cette déception dû justement à ça. J’en ai trop souffert pour Harry Potter ^^’

    1. Sincèrement, étant allergique aux trucs que tout le monde lit et voit (parfois à tord, hein!), j’ai appris 1000 ans après tout le monde qu’ils allaient faire un remake. Mais, c’était quand même pas facile d’échapper à l’hystérie collective autour de ce film, surtout en étant blogueuse, ha ha!

      1. c’est vrai que c’est pas évident xD de mon côté, apparemment c’était principalement sur twitter et je n’y vais pas souvent donc nikel et sur FB surtout les trailers, faciles à éviter mais bon je te comprends 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s