« Purge », âmes (même pas) sensibles, s’abstenir!

Découverte d’un film au scénario potentiellement passionnant, mais qui vire très rapidement au sordidefiles

2

Zara, une jeune mineure qui croyait trouver un emploi rémunéré en Estonie, tombe dans les griffes d’un réseau de prostitution russe. Après une nuit d’horreur, elle s’enfuit en rase campagne. Au bout du rouleau, elle s’évanouit devant une maison. Aliide, la vieille femme revêche qui vit recluse dans cette vieille bicoque, lui ouvre sa porte. D’abord méfiantes, les deux femmes vont se raconter leur vie et comprendre qu’elles ont en commun un passé de violence: entre les mains des proxénètes pour Zara et entre les mains des envahisseurs russes pour Aliide.

1

Autant l’avouer tout de suite, j’ai fait une erreur en regardant ce film et surtout en ne lisant pas le livre de Sofi Oksanen. Le roman «Purge» de Sofi Oksanen est reconnu pour être un excellent récit, déterrant un sujet que l’on ne connaît pas forcément en tant qu’Européen-ne-s de l’ouest: l’invasion des Pays baltes par l’Union soviétique. Elle y montre l’oppression et les violences subies par les Estonien-ne-s qui ne souhaitent pas se soumettre au régime communiste. L’auteure met pour ça en parallèle deux vies brisées, l’une dans les années 1940, l’autre à notre époque, l’une par l’oppression communiste, l’autre par la pauvreté.

purge

files (1)

«Purge», le film, est réalisé par Antti Jokinen, un réalisateur estonien. Alors, on accordera au réalisateur que mettre en scène une histoire pareille avec des violences physiques, psychologiques et sexuelles si traumatisante n’est pas une sinécure. Le but du film est probablement, comme pour le livre, de dénoncer les conditions de vie sous le régime communiste. Mais, à force de scènes toutes plus ignobles les unes que les autres, filmées de manière très frontale, quasiment sans hors-champ, le spectateur finit par sortir du film avec un écœurement difficile à contenir. Je suis plutôt une personne qui apprécie de lire et de regarder des films dérangeants (j’avais beaucoup aimé Seule contre tous qui traite une thématique proche). Mais là, le film contient tellement de scènes nauséeuses, qu’on en oublie la mise en scène plutôt agréable et la dénonciation des atrocités de la guerre, parce qu’on juste envie que ce film s’achève. De plus, les choix de vie que fait Aliide dans sa jeunesse, tous éthiquement dérangeants (voire ignobles), sont difficiles à comprendre, car le film n’explore pas tellement la psychologie du personnage.

Le test Bechdel:

Le film passe le test.

En bref, c’était la bonne occasion de voir du cinéma estonien, mais clairement épargnez-vous ce film.  

 

 

Publicités

4 réflexions sur “« Purge », âmes (même pas) sensibles, s’abstenir!

  1. Bon ça fait longtemps que j’essaie de trouver ce livre et qu’il n’est pas disponible dans ma librairie alors grâce à toi je vais l’ajouter à ma commande en cours parce que oui j’ai terriblement envie de le lire. Par contre je ne sais pas si je verrai le film parce que je suis rôdée niveau scènes atroces mais s’il y en a trop ça risque de me faire pleurer TT et je préfère lire que voir, voir c’est plus percutant. Mais j’avais déjà fais l’expérience d’un film qui traitait ce sujet de manière super bien faite : As If I Am Not There

    1. Je ne connais pas le film dont tu parles, je vais aller jeter un œil. Concernant le livre, vu les critiques, il doit effectivement être nettement mieux que le film. Le problème c’est que je ne suis pas sûre de vouloir me replonger dans cette histoire droit maintenant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s