« Black Mirror », la face la plus sombre de la technologie

Décidément, 2017 est l’année des belles découvertes en matière de séries. Après «Sense8», c’est la britannique «Black Mirror» qui m’a littéralement retourné le cerveau.

3148443-blackmirrordeck

1

«Black Mirror», créée par Charlie Brooker, est probablement la série la plus dérangeante qu’il m’ait été donnée de voir ces dernières années, car elle exploite les pires cauchemars du spectateur en matière de technologie.

Présentée sous la forme d’une anthologie ou chaque épisode est différent, avec pour seul fil rouge l’utilisation novatrice et souvent perturbante d’une nouvelle technologie. Si vous avez aimé «1984» de George Orwell, vous allez adorer «Black Mirror», car, comme dans le célèbre roman, la technologie est aussi au service du contrôle, mais elle devient aussi parfois l’incarnation dangereuse, totalitaire et dépersonnifiée du pouvoir lui-même.

«Black Mirror» – titre qui fait référence, selon les explications du créateur, à l’apparence des écrans qui nous entourent – est une série très sombre et grinçante qui va flirter avec la peur et la paranoïa ressenties souvent face aux avancées de la science. Mais, afin de ménager le spectateur douillet, les épisodes alternent entre récits particulièrement choquants et épisodes plus légers ou philosophiques. Les thèmes abordés sont très divers: l’impossibilité de contrôler les images diffusées sur internet, le transhumanisme et ses dérives, la technologie pour braver la mort, la technologie comme punition, l’obsession de la popularité sur les réseaux sociaux, le lynchage sur Internet, la manipulation et tant d’autres.

mes-episodes-favoris-de-black-mirror-1A noter également que la série pousse le concept d’anthologie jusqu’au bout, puisque les acteurs ne jouent que dans un seul épisode et que six réalisateurs différents se sont succédé sur les 13 épisodes des 3 saisons. Même s’il est vrai que les épisodes ne sont pas tous au même niveau d’excellence, ce concept, qui empêche la lassitude, est vraiment agréable.

Le casting est composé d’acteurs majoritairement britanniques avec quelques guests américains tel que Jon Hamm et Michael Kelly qui font une apparition. On peut ajouter enfin que, à ma plus grande satisfaction, la série évite de donner des rôles stéréotypiques aux hommes et aux femmes. Une quatrième saison est en route pour cette année.

En résumé, une série à découvrir d’urgence, à moins que vous ayez trop peur de poser votre regard sur les pans les plus sombres de l’être humain. Gare à la paranoïa!

Disponible sur Netflix

Publicités

12 réflexions sur “« Black Mirror », la face la plus sombre de la technologie

      1. J’ai fait regarder la bande annonce à mon cher et tendre hier parce que j’étais emballée. Résultat: « je préfère regarder des trucs comiques, j’ai déjà assez de négativité autour de moi comme ça ».
        Je vais regarder toute seule alors!

  1. J’adore cette série, et je suis bien contente de l’avoir continué après le premier épisode qui était assez malaisant et qui ne m’avait pas plus plu que ça xD. L’épisode retour sur image fait également partie de mes préférés :). Je n’ai pas encore regardé la saison 3, mais j’espère qu’elle sera à la hauteur des épisodes que j’ai déjà visionné !

  2. Je trouve que cette série souffre elle-même de ce qu’elle cherche à dénoncer et c’est dommage parce que c’est ce qui m’a faite abandonner la saison 3 au bout de trois épisodes (que j’ai trouvés relativement mauvais, là où le tout premier avec l’histoire du cochon m’avait sérieusement mise mal à l’aise). Ce que je veux dire, c’est qu’elle tombe dans la recherche permanente du « toujours plus », toujours plus noir, toujours plus malsain, toujours plus malaisant… Comme si ce qu’on avait autour de nous ne suffisait pas. Je suis d’accord que certains épisodes prennent place dans des univers dystopiques (je pense notamment à l’épisode 2 de la première saison) mais il n’y avait pas encore cette volonté de « poudre aux yeux » qui m’a sacrément heurté dans la saison 3.
    A force d’en faire trop sous prétexte de vouloir dénoncer et mettre en garde, on tombe dans le grotesque et franchement, je trouve ça dommage.

    1. Pour le coup, je ne suis pas vraiment d’accord. J’aime l’alternance entre les épisodes plutôt réalistes et ceux plus extrêmes. Je pense que si nos ancêtres voyaient notre mode de vie, ils trouveraient cela extrême et exagéré. Donc, de mon point de vue, la dénonciation fonctionne bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s