« Sense8 », une plongée dans les méandres inconnus du cerveau

A quelques mois de la sortie de la saison 2, j’ai découvert «Sense8»: une série qui nous plonge au cœur de l’empathie dans sa forme la plus littérale.

sense8.jpg

2

Dans une église en ruine, une femme se suicide. Après sa mort, huit individus se retrouvent liés par l’esprit. Ils s’appellent Nomi, Will, Riley, Capheus, Sun, Lito, Kala et Wolfgang.  Ils habitent sur des continents différents, mais ils partagent désormais une empathie qui leur permet d’accéder au vécu, aux souvenirs et aux connaissances des uns et des autres. Mais, rapidement le groupe se rend compte qu’il est poursuivi pour d’obscures raisons.

1

«Sense8», créé par Lana et Lilly Wachowski, est la première très bonne surprise de l’année en matière de série et j’ai hâte de découvrir la suite en mai sur Netflix.

Le pitch de «Sense8» est simple: des individus, partageant une connexion mentale hors du commun, sont poursuivis par un sale type. Mais, cette capacité exceptionnelle, appelée résonance limbique, permet de très intéressantes fantaisies scénaristiques puisqu’à tout moment un des membres du cercle des «8» peut surgir dans l’esprit d’un autre mettant à son service toutes ses capacités et connaissances. La série est un mélange adroit de science-fiction et de thriller, embelli par de magnifiques images tournées à Chicago, San Francisco, Londres, Berlin, Séoul, Reykjavík, Mexico, Nairobi et Bombay et allégé par quelques touches d’humour liées aux situations cocasses engendrées par ce lien mental envahissant. Ce lien entre les «sensates» se fait même parfois érotique, donnant lieu à des scènes assez croustillantes.

sense8-saison-2-nol-2016

On notera également le beau casting international avec des acteurs confirmés, mais peu connus sous nos latitudes, à part Daryl Hannah («Kill Bill 1 et 2») et Naveen Andrews («Lost»)

En plus d’être une ode à la diversité par ses protagonistes aux origines et orientations sexuelles diverses, «Sense8» est un hymne à la compréhension de l’autre et à l’empathie. Ce que vivent les personnages est humainement magnifique. Malgré l’inconvénient du manque d’intimité, qui n’aimerait pas avoir un cercle de personnes toujours prêtes à porter secours, donner un autre point de vue ou prêter ses capacités en mécanique, en boxe ou en informatique?

f0d0f2ffee9a06a343f2ecb44c126d94

A part l’épisode de Noël, un peu faible, il est difficile pour moi de trouver des défauts à cette série. On peut éventuellement craindre que le duo de créatrices ne sachent pas vraiment où mène cette histoire, car, pour l’instant, peu d’explications sont données, et qu’elles finissent par se perdre dans l’hybridité de la série dont le genre n’est pas clairement établi.

En résumé, un très beau début pour une série originale et pour laquelle on espère un développement de qualité.

Publicités

10 réflexions sur “« Sense8 », une plongée dans les méandres inconnus du cerveau

  1. Ma série coup de coeur de l’an dernier, notamment pour ce qu’elle prône de diversité et de respect de chaque différence… J’ai hâte de voir ce que nous réserve la saison 2 !

    1. J’attends justement avec impatience la suite pour avoir des réponses cohérentes à toutes les questions que j’ai. Pour moi, la réussite de la saison 2 repose vraiment là-dessus…

  2. J’ai eu du mal à accrocher durant les quatre premiers épisodes (j’ai l’impression que c’est une malédiction propre aux séries Netflix de galérer sur les débuts de saison). Je n’ai d’ailleurs continué mon visionnage que pour deux raisons : les personnages de Sun et de Wolfgang, que je trouve tout bonnement incroyables. Les autres sont cools aussi (enfin, sauf Riley, qui m’exaspère, très clairement) mais avec moins de relief (encore que Kala se rattrape, en fin de saison).
    Mais finalement, la magie opère à l’épisode 4, quelque chose se libère, y’a des pièces qui se combinent les unes aux autres et on parvient enfin à réellement s’attacher aux personnalités multiples qu’on nous présente. Et puis, cette scène où ils chantent tous « What’s going on ? », j’adore 🙂

    1. Ha ha c’est vrai que la scène où ils chantent est cool. Perso, j’ai un faible pour Wolfgang, Nomi et Lito. Je ne sais pas si on retrouve ça dans d’autres séries Netflix, mais c’est vrai que ce premier épisode est tellement compliqué, ça peut être décourageant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s