Dans le ventre de la baleine / Danièle Buelens

Voyage entre la France et le Moyen-Orient au travers de six générations et plus d’une centaine d’années.

dansleventredelabaleine

2

1860, Mont Liban. Imad et Nael Samaan fuient les massacres perpétrés par les Druzes et s’installent avec leurs fils, non loin de Beyrouth encore ottomane. 1870, Bretagne. Emile Le Roux, tout juste 14 ans, quitte la ferme de ses parents, pour devenir mousse. Après une longue période à Nouméa, il revient en France en tant que charpentier de marine à l’Arsenal de Lorient. Des familles si lointaines, dont le destin va s’unir et donner naissance à six générations.

1

C’est la première fois que j’accepte de lire un roman auto-édité. Effectivement, jusqu’à présent, on ne m’avait proposé que de la romance ou de la chick-lit, ce qui ne m’intéresse pas. Mais,  friande des sagas familiales  qui traversent les grands événements historiques, «Dans le ventre de la baleine» avait quelques arguments de poids pour me plaire.

De manière très résumée, ce roman raconte les tribulations d’une famille franco-égyptienne pendant tout le 20ème siècle. Une période durant laquelle les membres de la famille vont changer plusieurs fois de pays et de région, alternant entre les périodes fastes et les périodes de disette. Le point fort du roman est sans aucun doute son ancrage historique. J’ai adoré découvrir une Égypte cosmopolite, exubérante et festive, si différente de l’Égypte d’aujourd’hui. Le massacre des chrétiens au Mont-Liban et les agitations de la fin de l’Empire ottoman sont également des choses que je connaissais mal. C’est également agréable de lire un roman qui raconte les Guerres mondiales d’un point de vue externe aux pays belligérants.

Cependant, le roman a quelques faiblesses. Tout d’abord, un style très neutre et impersonnel. De plus, le récit s’appauvrit au fil des pages car les générations se suivent toujours plus vite avec de moins en moins de détails. Un peu décevant au final.

En résumé, un roman avec un fond intéressant, mais qui manque de travail sur le style.

Danièle Buelens, «Dans le ventre de la baleine», chez Librinova.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s