Ciné-rapido: « Kurt Cobain: Montage of Heck » et « Les Gardiens de la Galaxie »

cinerapido

Kurt Cobain: Montage of Heck / Brett Morgen / 2015

329779Kurt Cobain naît le 20 février 1967 à Aberdeen aux USA. Enfant très vif, il va brusquement se refermer sur lui-même après le divorce de ses parents. Balloté entre ses parents et d’autres proches, le jeune homme va trouver un exutoire à son malaise: la musique.

La critique:

Produit par la fille de Kurt Cobain et avec un accès illimité aux souvenirs les plus intimes de l’ex-leader de Nirvana, « Montage of Heck » de Brett Morgen fascine. Voyeurisme ou volonté de comprendre? Difficile de répondre. Le réalisateur arrive en tout cas à sortir du classique documentaire qui mélange images d’archives et interview face caméra, en animant les journaux intimes de Kurt Cobain, couverts de mots, de dessins, offrant au spectateur une plongée dans la psyché de Kurt. Impossible de ne pas être touché, même si on peut douter du fait que Kurt Cobain eut apprécié cette démarche qui le dévoile tant. À noter également, l’absence dans le documentaire de Dave Grohl, ex-batteur de Nirvana, qui est plutôt surprenante.

Les Gardiens de la Galaxie / James Gunn / 2014

4056621988. Alors que sa mère est sur le point de décéder, le jeune Peter Quill est enlevé par un vaisseau spatial. 26 ans plus tard, il est devenu Star-Lord, un aventurier. Mais, un jour, il est poursuivi par le dangereux Ronan pour avoir volé une mystérieuse orbe. Lorsqu’il découvre la dangerosité de l’orbe pour la galaxie, il fait équipe avec quatre drôles d’aliens: un raton laveur, un humanoïde végétal, un colosse et une jeune femme à la peau verte.

La critique:

En tant que personne plutôt insensible à l’univers Marvel, ce film m’a fait cet effet: «Qu’est-ce que c’est cool, mais qu’est-ce que c’est vide!». Effectivement, les personnages et la bande-son sont à un sacré niveau de coolitude! Un aventurier qui danse avec un walkman sur les oreilles (un vrai avec des cassettes et de la musique eighties), un raton laveur teigneux et un homme-arbre qui n’a que trois mots à son vocabulaire, quoi de plus chouette. De plus, l’esthétique du film est réussie avec un mélange de futuriste et de vintage. Par contre, le scénario est tout ce qu’il y a de plus banal avec un MacGuffin après lequel tout le monde court et la galaxie à sauver, d’où l’impression de vide. Mais, le film reste un moment sympathique.

Publicités

Une réflexion sur “Ciné-rapido: « Kurt Cobain: Montage of Heck » et « Les Gardiens de la Galaxie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s