[Rentrée littéraire 2016] Romanesque / Tonino Benacquista

N’étant pas une inconditionnelle de la rentrée littéraire, en général, je passe mon tour. Cependant, quand j’ai vu que Tonino Benacquista sortait un nouveau roman, j’ai sautillé de joie.

romanesque

2

Un couple de Français est en cavale aux États-Unis, sur le chemin du Canada. Étonnamment, le couple se rend au théâtre, au risque de se faire arrêter, pour y voir jouer la pièce «Les mariés malgré eux»: un récit médiéval où un braconnier et une glaneuse tombent éperdument amoureux, s’isolent et refusent de se soumettre aux lois de la communauté. Le couple est alors condamné à mort. Mais existe-t-il un lien entre ces amants maudits de théâtre et le couple de fuyards qui les regarde?

1

Si vous avez envie d’être déroutés, trimbalés entre plusieurs genres littéraires et noyés dans l’ambiance romantique d’un conte, ce roman est pour vous! Mais attention, il ne se laisse pas facilement approcher. Effectivement, les premières pages de «Romanesque» sont déconcertantes. Est-ce un roman historique? Non. Est-ce un roman basé sur une pièce de théâtre existante? Non. Un mythe littéraire tel Tristan et Iseult? Non. Un conte? ça y ressemble. Une fable humaniste et écologique? Un peu. Une histoire digne d’un épisode de «Dr. Who»? Pourquoi pas.

«Romanesque» c’est le récit d’un couple légendaire, le braconnier et la glaneuse, et d’un couple de français en fuite. Deux couples qui ont trop de points communs pour que cela soit une coïncidence. Mais, «Romanesque», c’est surtout l’histoire d’un couple qui s’aime trop et qui partage un lien si fort qu’il va déranger la société, les souverains, Dieu, le Diable et même le vide (oui, vous avez bien lu, ce couple va s’opposer au vide et à l’oubli).

Le message de ce livre? Difficile à identifier de manière certaine, car Tonino Benacquista arrive à y aborder une foule de thèmes: violence symbolique de la société, anticonformisme, écologie, religion, etc. Personnellement, le message que j’en retiens c’est que le seul Dieu à vénérer c’est l’Amour, que l’on ne perd jamais rien en aimant et que l’unique remède contre la mort et l’oubli, c’est de vivre le plus intensément possible. C’est terriblement romanesque, non? Car, si cela peut paraître tautologique, le titre de cette oeuvre est clairement le meilleur adjectif pour décrire ce roman qui après un début difficile vous emporte dans cette histoire d’amour épique. Moi, qui suis peu sensible à la romance littéraire, j’ai trouvé ici de quoi toucher mon petit coeur de pierre.

Et comme d’habitude, on retrouve l’écriture de Tonino Benacquista, si belle et si accessible, avec toujours un côté très cinématographique, puisque chaque scène se matérialise aisément dans l’esprit.

En résumé, pour moi, c’est un coup de coeur, un roman unique, qui déroute et donne des ailes à l’âme. 

Tonino Benacquista, Romanesque, chez Gallimard, 2016.

 

Publicités

2 réflexions sur “[Rentrée littéraire 2016] Romanesque / Tonino Benacquista

    1. oui! « Saga »est un des livres marquants de ma vie! Il est vraiment unique en plus d’être truffé de référence au cinéma. J’ai aussi lu les deux volumes de Malavita. J’ai vraiment apprécié aussi (plus que le film…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s