En finir avec Eddy Bellegueule / Édouard Louis

Voici un livre qui a été vivement discuté et critiqué, mais qui pour moi est une sacrée claque, une très belle découverte.

eddybellegueule

2

Eddy Bellegueule naît dans un village de Picardie où les perspectives d’avenir sont limitées à l’usine pour les hommes et à faire des enfants trop tôt pour les femmes. La famille d’Eddy n’échappe pas à ce schéma. Mais, dans cette famille, Eddy fait tâche. Il est intelligent, délicat et efféminé aux yeux des autres. Une différence qui va lui valoir de terribles tourments, d’autant plus qu’en grandissant Eddy sent qu’il est attiré par les hommes.

1

Il est possible que vous ayez déjà entendu parler de l’écrivain Édouard Louis récemment. Effectivement, son deuxième roman «Histoire de la violence» raconte son viol par un homme qui l’a abordé et ce même violeur a porté plainte contre l’écrivain sous prétexte qu’il aurait pu être reconnu dans le roman. Mais Édouard Louis a également fait parler de lui avec «En finir avec Eddy Bellegueule».

Dans ce roman autobiographique, Édouard conte son enfance, celle d’Eddy, car Eddy Bellegueule est le vrai nom de l’auteur. Ce roman a beaucoup choqué, car il raconte, sans filtre, l’enfer (humiliation, violences) vécu par un enfant différent dans un environnement hostile. Mais ce qui a le plus dérangé, c’est la description du village et des habitants qui entourent Eddy. Il décrit la pauvreté, le manque d’éducation, l’intolérance (homophobie, racisme) et surtout la reproduction sociale (le fait de reproduire la position sociale de sa famille génération après génération). Un thème prégnant, car Édouard Louis, après avoir réussi à s’extraire de son milieu, va étudier la sociologie et notamment, Pierre Bourdieu, spécialiste de la reproduction sociale.

Le livre d’Édouard Louis mélange deux types de récit. Le récit des sentiments de l’enfant et l’analyse sèche du sociologue. Alors oui, le portrait sans concessions de sa famille peut choquer, car c’est un point de vue scientifique appliqué à sa propre famille. Malgré cela, dans les paroles de l’enfant, on trouve quelques fois des élans de tendresse pour ses parents, ce qui compense la dureté du récit.

On a accusé également l’auteur de salir les masses ouvrières, violentes et incultes, et de valoriser les bourgeois, délicats et cultivés. Je pense que c’est une mauvaise lecture. L’auteur, au contraire, ne cesse de montrer la violence symbolique du plus fort: la domination de la masse sur celui qui est différent, la domination des bourgeois sur les pauvres, la domination des hétérosexuels sur les homosexuels. Et d’ailleurs, si l’auteur se sent mieux dans son nouveau milieu bourgeois, il n’en ressent pas moins son infériorité, son décalage par rapport aux autres.

En résumé, un roman coup de point, une réalité sans fard, mais sans haine. Magnifique!

Édouard Louis, «En finir avec Eddy Bellegueule», chez les éditions du Seuil et chez Points, 2014.

Publicités

2 réflexions sur “En finir avec Eddy Bellegueule / Édouard Louis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s