Le jeu de l’ange (Le Cimetière des Livres Oubliés, t.2) / Carlos Ruiz Zafón

On s’envole à nouveau pour Barcelone avec le deuxième tome de la trilogie du Cimetière des livres oubliés.

lejeudelange

2

Barcelone, après la Première Guerre mondiale. David Martin, jeune écrivain, est contacté par un étrange éditeur dénommé Andreas Corelli. Ce dernier souhaite que David lui écrive un roman très particulier. Pour cela, Corelli lui offre une somme faramineuse. Le jeune homme, après de nombreuses hésitations, finit par accepter. Mais, à partir de ce moment, la mort et la destruction semble rôder autour de lui…

1

Nous voilà replonger dans la Barcelone mystérieuse de Carlos Ruiz Zafón. Mais, cette fois, c’est une Barcelone plus sombre et plus sale dans laquelle on va déambuler. Effectivement, l’histoire de ce roman se situe une vingtaine d’année avant les évènements de «L’ombre du vent». Contrairement à une trilogie classique, en plus de ne pas être chronologique, les personnages principaux ne sont pas exactement les mêmes. Si la librairie Sempere, avec le grand-père et le père du protagoniste de «L’ombre du vent», et le Cimetière des livres oubliés sont bien là, le personnage principal est ici David Martin. Un jeune homme à l’enfance difficile et au caractère légèrement misanthrope qui finit par réaliser son rêve de devenir écrivain, mais de manière peu satisfaisante.

On trouve dans «Le jeu de l’ange» les mêmes ingrédients que dans le tome précédent: meurtres, suspens, enquête, amour immodéré des livres, ambiance fantastique et histoire d’amour contrariée. Cependant, un élément est radicalement différent.

Sans vouloir trop dévoiler de l’intrigue, «Le jeu de l’ange» revisite le mythe du pacte avec le diable. Ce qui fait que ce roman s’inscrit vraiment dans le fantastique, à la différence de «L’ombre du vent» où tous les éléments de l’histoire, bien qu’étranges, sont tous explicables.

L’élément a été perturbant. Effectivement, en refermant le livre, on se pose 1000 questions sans réponse. De plus, j’ai trouvé l’écriture moins poétique que dans le tome précédent et les personnages un peu plats. Alors, même si l’ambiance gothique du roman est savoureuse, presque digne d’Edgar Allan Poe, ce deuxième tome est moins réussi.

En résumé, un roman agréable avec son ambiance macabre, mais au final décevant et qui manque de personnages attachants.

Carlos Ruiz Zafón, Le jeu de l’ange (titre original: El juego del ángel), chez Robert Laffont et Pocket, 2008.

 

Publicités

3 réflexions sur “Le jeu de l’ange (Le Cimetière des Livres Oubliés, t.2) / Carlos Ruiz Zafón

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s