« Youth », tout ce que l’on perd…

A une nouvelle reprise, nous restons en Suisse, mais pour un film cette fois. Un film italien, tourné en Suisse, en langue anglaise!

17313930575_d353bd2a37_o2

Fred, compositeur et chef d’orchestre à la retraite, et Mick, un réalisateur, se retrouvent chaque année dans un luxueux hôtel des Alpes suisses. L’hôtel abrite également Jimmy, un jeune acteur, qui se prépare pour un rôle complexe, ainsi que Maradona et un moine bouddhiste. Durant ce séjour, on demande à Fred de reprendre du service pour la reine Elizabeth II. De son côté, Mike travaille avec 5 scénaristes sur son film-testament.

1

Des seniors un peu paumés qui séjournent dans un hôtel tristounet, cela ne déclenche pas l’enthousiasme. Mais ayant entendu beaucoup de bien du réalisateur Paolo Sorrentino, je me suis lancée et j’ai apprécié ce que j’ai vu.

«Youth», comme vous pouvez l’imaginer, n’est pas un film d’action, mais plutôt de dialogues et de mise en scène. Des dialogues bien écrits, souvent percutants et drôles (assénés par un casting prestigieux: Michael Caine, Harvey Keitel, Rachel Weisz, Paul Dano, Jane Fonda). Une mise en scène magnifique où chaque plan est travaillé de la composition à la lumière, sans place pour l’approximation. C’est également une œuvre hybride: un drame par ses thématiques, une comédie par ses scènes cocasses (notamment un concert de cloches très particulier!).

Malgré l’amusement qu’il peut provoquer parfois, «Youth» est un film mélancolique qui parle de ce que l’on perd avec le temps, des retours en arrière impossibles. Mais l’âge avancé des deux personnages principaux ne fait pas de ce film un «film de vieux» (même si on y parle beaucoup de problèmes de prostate!). C’est un film multigénérationnel qui parlera à tous, car personne n’est à l’abri des regrets, du deuil et autres «bousillages» que la vie impose. Ce n’est, paradoxalement, pas un film déprimant non plus, car s’il y a un message à retenir des élucubrations de Fred et de Mick, c’est que malgré ce que l’on perd, la vie reste ce qu’il y a de mieux, alors autant la savourer en restant jeune et en évitant l’aigreur.

Quelques petits bémols méritent cependant d’être soulignés. Le film contient quelques longueurs et l’apport du personnage de Jimmy, l’acteur frustré d’être toujours reconnu pour son rôle de robot dans un blockbuster, reste assez mystérieux pour moi.

Le test Bechdel:

Le film ne passe pas le test Bechdel. De plus, même si «Youth» contient de nombreux corps nus, féminins et masculins, les femmes sont les seules personnages à être érotisés (comme sur l’affiche) et les personnages féminins sont assez stéréotypiques.

En résumé, amoureuses et amoureux des mises en scène au poil, ce film est pour vous!

Publicités

17 réflexions sur “« Youth », tout ce que l’on perd…

  1. Je voulais justement le voir, je l’ai que ma liste de film à voir depuis longtemps désormais mais j’avais été un peu déçu par la grande bellezza et je ne sais plus si me lancer ou pas

    1. Je compte voir bientôt la Grande Bellezza, mais j’attends mon retour de vacances car je vais quelques jours à Rome en juin et j’adore regarder des films tournés dans des endroits où je viens d’aller.

  2. J’ai vu ce film il y a quelques temps déjà et je sais que j’en ai un souvenir plutôt bon. Ce n’est pas un coup de coeur car les thèmes abordés ne sont pas mes sujets de prédilection, mais j’avais trouvé le propos plutôt beau et bien traité. La vieillesse et les regrets comme tu dis, parlent forcément à tout le monde et tout le monde n’y réagit pas de la même façon. Là où ma mère et son amie ont pleuré, j’y ai trouvé de l’espoir….comme quoi, il doit avoir plusieurs sens de lecture !

    1. Alors, je suis tout à fait d’accord sur le double sens que l’on peut trouver. J’avais lu des critiques qui disaient que ce film était foncièrement triste et moi je l’ai trouvé plutôt dédramatisant: oui, c’est pas drôle de vieillir, oui la vie c’est pas toujours facile, mais au final ça reste un expérience merveilleuse.

      1. Voilà je l’ai vraiment vu comme toi et du coup je me demande si on ne le voit pas différemment à partir d’un certain âge qui rapprocherait de cette vieillesse qui fait foncièrement peur? Je me pose la question…

      2. Peut-être qu’avec l’âge on a l’impression (réelle ou fausse? je ne sais pas…) que la marge manœuvre diminue et qu’on a plus la vie devant soi, ce qui fait que l’on perçoit plus la tonalité triste. Moi je le vois comme ça…

    1. (argh la touche entrée fait des ravage) je disais donc : je me souviens avoir été bouleversée par la scène de fin (surtout le dernier plan) alors même que je n’avais pas encore vu le film en entier (je travaille dans une salle de cinéma). Le film est bouleversant, drôle, percutant et sa mélancolie fait – quelque part – plaisir à voir. Effectivement ce n’est pas un film de vieux (au contraire) et il peut parler à tout le monde ^^

      1. Je trouve aussi que la mélancolie c’est pas forcément quelque chose de négatif. C’est aussi un espèce de sentiment qui sert de doudou , qui rassure. Par contre, ça devient glauque si on vît complètement dedans. Mais ce n’est pas le cas des personnages.

  3. C’est intéressant de voir comme les interprétations des spectateurs sont contrastées – rien que cela donne envie de voir le film (en plus de ton article très bien écrit). En ce qui concerne la vieillesse, je commence à naviguer en eaux troubles de ce point de vue là et mon opinion, c’est que mieux vaut vieillir que l’alternative, non ?

    1. Merci pour l’article bien écrit 🙂 Et il n’y a pas d’âge pour réfléchir à la vieillesse. On me case encore dans la catégorie « jeune » car je suis encore dans la vingtaine (même si c’est une vingtaine qui tend vers la dizaine suivante), mais c’est un sujet auquel je réfléchis assez souvent par principe. J’ai l’impression qu’en faisant souvent des pauses dans sa vie en se demandant ce que l’on veut et ce que l’on veut pas, c’est le meilleur moyen d’éviter de se retrouver 30 ans plus tard dans une situation qui nous déplaît. Bon, je saurai si ça marche à ce moment là 😉 Et effectivement vieillir me paraît être la meilleure alternative. En plus, je suis tellement curieuse de l’évolution de notre société, j’ai envie de voir comment sera le monde dans 50 ans!

  4. J’ai adoré ce film ! Un gros coup de coeur.
    Pour moi Paul Dano contribuait à la réflexion sur ce qu’on laisse derrière soi… Il y a le musicien que tout le monde connaît pour sa symphonie, alors qu’on a oublié toutes ses autres oeuvres. Le réalisateur qui s’échine à faire « son dernier film », comme un souvenir. Et lui qui voudrait qu’on le voie autrement…
    Du moins, j’ai vu ça comme ça !

    1. C’est un film très riche qu’on peut interpréter de manière différente. Mais le rôle de Paul Dano est super intéressant, une espèce de mise en abîme pour un jeune acteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s