Swiss Trash / Dunia Miralles

La Suisse est pour vous un pays riche, bien propret et sans histoires? Laissez-vous détromper par ce roman.

1

2

Quatre femmes: Cathy, Marie, Gloria et Constance. Pour oublier sa culpabilité et combler le vide de sa vie, la première fait le tour des concerts rock et enchaîne les rencontres sexuelles. Dans une autre ville, la deuxième, qui ne supporte pas son reflet dans le miroir, se saoule et se défonce pour oublier. La troisième, sculpturale portugaise, cherche un prince charmant fortuné pour oublier son passé de fillette pauvre. La dernière, personnage androgyne, utilise ses poings pour vivre comme elle l’entend. Des vies de misère qui vont se croiser…

1

«Swiss Trash» est une sacrée baffe. Le genre de livre qui ne se gêne pas pour vous en mettre plein la tête. C’est violent, c’est sombre, parfois écœurant, mais non sans une touche d’espoir finale.

Mais avant de parler de l’histoire, parlons du contexte historique du roman de Dunia Miralles. L’histoire de «Swiss Trash» se situe des années 1989 à 1993. A cette époque, certaines villes suisses, notamment Zurich, ont vu émerger des scènes ouvertes de la drogue. C’est-à-dire des endroits où des milliers de personnes (à Zurich entre 3000 et 4000 par jour) consommaient massivement et au grand jour de la drogue, notamment de l’héroïne. Les causes de ce phénomène terrifiant sont notamment une crise économique sévère et une baisse très forte du prix de l’héroïne.

C’est dans cette époque déprimante que vivent nos quatre femmes: une dans la ville ouvrière de La Chaux-de-Fonds et les autres à Genève. Un contexte sombre qui va les avaler, profiter de leur faiblesse pour les faire toucher le fond. Culpabilité, relation toxique, toxicomanie, violence, prostitution, vengeance, rien ne leur sera épargné. Ce roman vous prend à la gorge, mais la beauté de l’écriture, comme une fleur sur un tas d’ordure, fait que l’on continue de lire.

L’amour embellit les histoires sordides afin que chaque être humain ait un rêve à sa mesure

Ce roman est, selon moi, un parfait mélange de beau et de sordide, qui a le mérite de casser le mythe du pays «propre en ordre», mais, vous l’aurez compris, il est à déconseiller aux âmes sensibles vu la violence physique et psychologique qui en émane. A noter que ce roman est une réédition, car «Swiss Trash» a été publié en 2000 et est devenu un roman très lu en Suisse.

En résumé, si vous avez le courage de vous plonger dans la noirceur de ce livre, lisez-le!

Dunia Miralles, Swiss Trash, chez L’Âge d’Homme, 2015 (2000).

Publicités

2 réflexions sur “Swiss Trash / Dunia Miralles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s