La Déesse des petites victoires / Yannick Grannec

Sous sa couverture fraîche, ce roman cache le vie complexe d’un mathématicien de génie et de sa femme « insignifiante ».

deesss

2

Anna Roth, documentaliste pour l’Université de Princeton doit convaincre, Adèle, une vieille femme acariâtre, de confier les archives de son mari décédé à l’institution. Effectivement, Adèle est la veuve de Kurt Gödel, un mathématicien de génie, qui figurait parmi les proches d’Albert Einstein. Même si la veuve est, au premier abord, revêche, elle n’est pas avare en anecdotes et raconte son histoire: la vie d’une ancienne danseuse avec un mathématicien psychologiquement fragile. Elle évoque leur rencontre à Vienne, leur fuite face à la barbarie nazie, l’installation aux Etats-Unis, sa vie au milieu du gratin intellectuel de Princeton et les sacrifices face à la personnalité instable de son mari.

1

A priori, difficile de voir le rapport entre la couverture de ce roman et son thème, mais c’est trompeur! Il existe bien un lien entre ce flamand rose et les petites victoires de Mme Gödel. Des petites victoires qui lui permettent de tenir le coup dans son quotidien morose.

Le livre de Yannick Grannec est une biographie romancée très bien documentée et remarquablement bien écrite de la vie d’un couple improbable, mais réel: Adèle, jolie danseuse de cabaret, et de Kurt, génie des maths frêle, froid et dépressif, qui tombent amoureux dans la belle Vienne, avant que la ville ne sombre dans le nazisme.

Pour raconter cette histoire, l’auteure alterne entre les chapitres consacrés à Anna, documentaliste un peu paumée (et aussi confrontée aux difficiles relations avec les mathématiciens) qui tente de convaincre la veuve Gödel de céder les archives de son génie de mari, et ceux consacrés au couple Gödel, racontés du point de vue d’Adèle.

De manière générale, le livre est réussi. Le voyage historique et géographique est appréciable (nazisme en Europe, exil à travers la Russie, maccarthysme aux USA), ainsi que les rencontres quotidiennes avec le cercle de génies gravitant autour d’Einstein. Difficile également de ne pas être intrigué par ce couple étrange qui tient grâce au dévouement et au sacrifice d’Adèle qui supporte tout. Par amour? Par habitude? Parce qu’elle n’a pas vraiment le choix? Le livre semble conclure sur l’amour, personnellement, je n’en suis pas si sure…Surtout que le quotidien devient de plus en plus difficile à mesure que les troubles du mathématicien, anorexie et paranoïa, s’aggravent. Des troubles qui ne l’empêchent pas de travailler, comme si les mathématiques étaient l’unique chose préservée de son étiolement mental.

Toutes les femmes ont-elles le même destin  S’appareiller, par amour ou par besoin de sécurité pour finir par tenir à bout de bras celui qui était censé être le rocher.

Le roman n’est cependant pas exempt de défauts. Les chapitres consacrés à Anna sont plus faibles que ceux consacrés à Adèle, car le personnage manque de développement et ses atermoiements sentimentaux peinent à passionner. Il est également possible que les digressions mathématiques des personnages ennuient le lecteur, mais elle permettent de nous mettre à la place d’Adèle qui a passé sa vie avec des gens, dont elle ne comprenait pas les discussions. Il s’agit cependant de ne pas prendre la veuve Gödel pour une idiote. Cette dernière à défaut de comprendre les équations maîtrisait extrêmement bien le décodage des personnalités de son entourage.

En résumé, une couverture flashy pour un livre plutôt triste et érudit. Très intéressant!

Yannick Grannec, «La Déesse des petites victoires», 2012, chez Anne Carrière et Pocket.

Publicités

2 réflexions sur “La Déesse des petites victoires / Yannick Grannec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s