Les Aventures de Huckleberry Finn / Mark Twain

Considéré comme l’un des livres fondateurs de la littérature américaine, je me suis plongée dans le voyage du jeune Huckleberry Finn.

huckleberry

2

Missouri, années 1850. Huckleberry Finn est un jeune vagabond, adopté par une veuve. Ami de Tom Sawyer, il a découvert un trésor de douze mille dollars lors d’une aventure avec ce dernier. L’argent est maintenant placé à intérêt par un juge. Le père de Huck, un bon-à-rien alcoolique qui a abandonné son fils, revient chercher celui-ci lorsqu’il entend parler de l’argent. Il va même jusqu’à enlever et séquestrer son fils. Mais Huck réussit à s’enfuir à bord d’un radeau et rencontre en chemin Jim, un esclave qu’il connaît et qui, comme lui, s’est enfui.

1

Profitant encore une fois de ma liseuse pour lire un classique gratuitement, je me suis lancé dans un roman faisant partie du cercle des Great American Novels, c’est-à-dire des romans qui sont des photographies de la culture américaine à un moment spécifique de son histoire.

«Huckleberry Finn», c’est l’histoire du voyage en radeau d’un ado et d’un esclave sur le Mississippi et des rencontres qu’ils feront au cours de leur périple. Le roman commence comme de la littérature pour enfants (d’ailleurs il est la suite des «Aventures de Tom Sawyer»), mais soudain le livre change de ton lors de l’enlèvement et la séquestration de Huck par son père. Ce dernier, gravement alcoolique, manque de tuer son fils lors d’une crise. Ce qui va pousser le jeune Huck à trouver un moyen de s’enfuir, un moyen ingénieux, mais qui, comme son presque assassinat du fils, détonne avec le début bon enfant du livre.

«Huckleberry Finn» est un roman terriblement pessimiste. Au travers de ce voyage, Huck et Jim voient le pire des êtres humains: la violence, l’avarice, la tromperie. Ce voyage va également questionner Huck sur le monde dans lequel il vit: un monde où les valeurs morales sont fagocitées par les puissants et où l’on vend d’autres êtres humains.

Je dois avouer que cette lecture a eu de la peine à me passionner, malgré des thématiques intéressantes, principalement parce que le roman à un côté très répétitif. Effectivement, la mécanique est la suivante: Huck rencontre des gens, est déçu par eux et réfléchit aux notions de bien et de mal. La dernière partie du roman où Huck et Tom Sawyer doivent sortir Jim de l’endroit où il est retenu est également terriblement longue et ennuyeuse.

«Huckleberry Finn» doit cependant être remis dans son contexte pour être apprécié au travers de son aura de grand roman. Mark Twain est un des premiers auteurs à affirmer un anglais américain et régionaliste (par opposition à l’anglais britannique) et le contenu de son livre, un portrait satirique et réaliste du Sud des États-Unis, était également extrêmement bousculant pour l’époque.

Remarque: la lecture en version originale est passablement difficile, en raison d’un langage très parlé et également parce que les dialogues des esclaves noirs sont quasiment écrits en phonétique. La lecture en V.O. est celle qui permet de mieux comprendre l’unicité de ce roman, mais, elle demande tout de même un effort considérable et un bon niveau de lecture en anglais.

En résumé, un roman emblématique de la littérature américaine, plutôt pour les amateurs de l’histoire de la discipline.

Mark Twain, «Les Aventures d’Huckleberry Finn» (titre original: Adventures of Huckleberry Finn), 1884, disponible dans toutes les éditions possibles et imaginables.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s