La trilogie de la famille Neshov / Anne B. Ragde

Découverte d’une saga familiale norvégienne qui s’éloigne passablement des clichés du genre.

Untitled design

2

Ils sont trois frères et tout les sépare. Tor, l’aîné, vit à la ferme familiale et se consacre à l’élevage de porcs, Margido dirige une entreprise de pompes funèbres de la région et le cadet, Erlend, a fui à Copenhague où il est décorateur de vitrine. La fratrie va devoir faire face à la mort prochaine de leur mère. La situation va encore se compliquer avec l’arrivée de Torunn, la fille de Tor. Gérer la ferme, s’occuper du père, de l’héritage, la révélation de secrets de polichinelle, autant de problèmes qui vont exposer le meilleur et le pire chez les Neshov.

1

La trilogie d’Anne B. Ragde est composée de «La terre des mensonges», «La ferme des Neshov» et «L’héritage impossible», qui racontent la vie et l’évolution de la fratrie Neshov (des hommes entre 40 et 60 ans), de leur père et de Torunn, fille de Tor, nièce d’Erlend et Margido, après un événement qui bouleverse tout. Cet événement, c’est la mort de leur mère, la matriarche de la famille qui tenait la ferme, son mari et son fils d’une main de fer.

Le bouleversement va réunir ces personnages distants. Margido, qui ne parlait plus à sa mère, se voit obligé d’aider son frère Tor, complètement abasourdi par la mort de celle-ci et Erlend, qui s’était éloigné de sa famille rejetante de son homosexualité, revient pour l’enterrement de sa mère. Au trio, s’ajoute Torunn, comportementaliste animale de 37 ans, fille de Tor, mais élevée par sa mère, venue juste avant la mort de sa grand-mère dans l’espoir de la rencontrer.

Ce qui pourrait paraître comme une classique gentille saga familiale, tout juste bonne à faire un téléfilm allemand, en est en fait loin. Anne B. Ragde a un style caustique, brutal. C’est une écrivaine qui ne ménage ni ses personnages –elle les décrit tels qu’ils sont sans fioritures–, ni ses lecteurs –elle n’écrit pas une histoire pour vous faire plaisir, avec un mignon happy end obligatoire–. Cette trilogie est un vrai plaisir à lire, car elle reprend tous les classiques de la saga familiale (les secrets, les révélations, les conflits, l’évolution familiale à travers le temps) et les transforme en quelque chose de surprenant, ceci transparaissant plutôt à partir du deuxième tome de la saga. On relèvera aussi la description de personnages féminins forts, loin des images d’Épinal, car elles ne sont pas parfaites, ni toujours sympathiques, mais elles sont bien là!

En résumé, une très bonne saga familiale: surprenante, accessible et loin du gloubiboulga dramatico-romantique habituel.

Anne B. Ragde, «La trilogie des Neshov: La terre des mensonges, La ferme des Neshov et L’héritage impossible» (titre original: Neshov-Trilogi: Berlinerpoplene, Eremittkrepsene, Ligge i gronne enger), 2013, chez 10/18.

Publicités

2 réflexions sur “La trilogie de la famille Neshov / Anne B. Ragde

    1. Personnellement j’ai trouvé que non, car les personnages évoluent beaucoup psychologiquement et surtout ils agissent parfois de manière inattendue. Au niveau du nombre de pages, les bouquins ne sont pas énormes, donc ça se lit vite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s