L’île des oubliés / Victoria Hislop

Découverte d’un roman aperçu de nombreuses fois en librairie et sur les blogs. Mérite-t-il sa popularité?

victoriahislop

2

Alexis, une jeune Anglaise, se rend à Plaka, en Crète, afin d’en apprendre un peu plus sur l’enfance de sa mère qui est toujours restée mystérieuse à ce propos. Grâce à Fontini, une amie d’enfance de sa maman, Alexis découvre l’histoire de sa famille: une histoire tragique liée à l’île de Spinalonga qui fut une léproserie de 1903 à 1957 .

1

L’unique chose qui sauve ce livre à mes yeux? Son arrière-plan historico-géographique très intéressant. L’île de Spinalonga existe réellement et fut une des dernières léproseries d’Europe, c’est-à-dire un lieu où l’on exilait les lépreux quand on ne savait pas encore soigner la maladie. De plus, comme le roman est une saga familiale qui se joue sur presque un siècle, cela permet de suivre également les événements historiques marquants de la région, notamment la résistance farouche des Crétois contre les Allemands lors de la Deuxième Guerre mondiale.

Pour le reste du roman, il n’y a pas grand chose à garder. C’est plutôt mal écrit (ou peut-être mal traduit) avec des métaphores faciles et un peu lourdes. Les personnages sont terriblement caricaturaux (la gentille sœur, la méchante sœur, le cousin volage, etc.) et, dès leur entrée en scène, on sait quel sera leur rôle dans cette histoire. Certains éléments sont incongrus, notamment le fait que la jeune Alexis frissonne d’horreur à l’idée qu’elle a eu des lépreux dans sa famille. Pour un personnage contemporain, c’est assez idiot, puisque nous avons probablement tous des ancêtres morts de la lèpre, de la peste ou du choléra.

De plus, «L’île des oubliés» et ses personnages tendent à justifier et à minimiser la violence faite aux femmes. [Léger spoiler] Un des personnages va se faire assassiner par son mari jaloux et, malgré une certaine tristesse, personne ne crie à l’injustice, parce que beaucoup considère qu’elle l’a mérité et on a l’impression que même l’auteure le pense. C’est particulièrement écœurant!

En résumé, un roman de gare qui a révisé ses cours d’histoire, mais rien de plus.

Victoria Hislop, L’île des oubliés (titre original: The Island), 2012, chez Les Escales et Le Livre de Poche.

Publicités

4 réflexions sur “L’île des oubliés / Victoria Hislop

  1. Argh, quand j’ai lu le début, je me suis réjouie, j’ai si souvent regardé la léproserie depuis la plage d’Elounda en inventant des histoires ! je garderai mes précieuses images d’Alexakis plutôt que de risquer d’être déçue.

  2. Oh zut, il est dans ma PAL. En anglais, alors peut être que le mal écrit se fera moins sentir. Mais bizarrement, c’est un roman qui ne m’attire pas vraiment. C’est une amie qui me l’a offert et j’en repousse un peu la lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s