« Star Wars, épisode VII », le retour du mythe

La Dent Dure est allée voir le dernier Star Wars. Pas original, mais incontournable!

052074

2

Trente années après la destruction de l’Étoile de la mort, Luke Skywalker, a disparu. Le Premier Ordre, né des ruines de l’Empire, tente de le retrouver, tout comme la Résistance, dirigée par sa sœur jumelle, la générale Leia Organa. Sur Jakku, un vieil homme confie la carte permettant de localiser Luke à Poe Dameron, un pilote de la Résistance, et son droïde BB-8. Mais la planète est attaquée par le Premier Ordre séparant le pilote et son droïde à qui il avait confié la carte.

1

Comme prévu, «Star Wars, épisode VII: Le Réveil de la Force» est un gros joujou bien peaufiné. On en prend plein les yeux, c’est bien réalisé et c’est épique. Il y a un bon dosage entre les nouveautés et les références aux deux autres trilogies, histoire de plaire à un nouveau public jeune, en ne déboussolant pas les fans de la première heure. Les nouveaux héros sont sympathiques et on est heureux de retrouver Carrie Fisher, Harrison Ford et Mark Hamill. La technologie 3D rend les batailles immersives (même si pour moi, ça reste du gadget). Bref, c’est ce qu’on attendait: un bon film d’aventure spatial.

20141128-star-wars-7-teaser-article-04

Mais, si l’on va un peu dans les détails, on se rend compte que George Lucas et J.J. Abrams ne se sont pas vraiment foulés. Tout d’abord, le film est tellement truffé de référence aux précédentes trilogies que l’on se demande où est l’effort de création. De plus, les références sont tellement fortes, notamment au niveau des situations, que l’on arrive à deviner ce qui va se passer. Typiquement lorsque qu’apparaît un décor sombre avec une passerelle au-dessus du vide, dans «Star Wars», ça n’augure rien de bon…

8680790-13702491

Autre élément dérangeant, les nouveaux personnages sont lisses comme une peau de bébé. Ils ont l’air de sortir, à choix, d’un groupe de musique chrétienne ou du Mickey Mouse Club (ça tombe bien Disney a tout racheté!). D’ailleurs, le «côté Disney» se voit bien dans la représentation de la violence. Elle est rendue le moins choquant possible, ce qui n’est pas forcément un problème en soi, car je ne suis pas pour que l’on voit des intestins voler partout. Mais, à un moment, on assiste tout de même à la destruction de plusieurs planètes. Il y a bien quelques images flippantes de gens qui crient et qui courent, mais globalement on passe rapidement sur l’événement qui sert uniquement de déclencheur dans le scénario. C’est paradoxal, mais à force d’atténuer la violence, on la dédramatise…

image_f66be9fa

Le test Bechdel:

«Star Wars, épisode VII: Le Réveil de la Force» passe le test Bechdel. D’ailleurs, on appréciera la très bonne gestion des personnages féminins dans ce volet. Je ne vous en dis pas plus, mais si vous avez des fillettes dans votre entourage, je conseille ce film qui est plein de beaux modèles féminins. En plus, la science-fiction ce n’est pas que pour les garçons!

En résumé, un film plaisant, mais qui ne révolutionne ni le genre, ni la saga.

Publicités

4 réflexions sur “« Star Wars, épisode VII », le retour du mythe

  1. tu n’es pas du tout la seule à penser cela et Gaelle m’a donné exactement le même avis. Perso je ne suis pas une fan de star wars alors je vais sauter mon tour pour cette fois-ci !

    1. Un autre côté dérangeant du film, c’est que c’est très « marketé ». Tu sens que la démarche artistique est presque secondaire…Mais bon ça a bien marché, puisque j’y suis allée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s