Le Vampire de Ropraz / Jacques Chessex

Avec «Le Vampire de Ropraz», Jacques Chessex se frotte à une figure vampiresque, à défaut d’être ogresque.

Untitled design (1)

2

Ropraz, petit village vaudois, année 1903. La fille du juge meurt à la suite d’une méningite. Un matin, on trouve le cercueil déterré et le corps de la jeune fille, profané d’une manière atroce, les membres en partie dévorés. Cet acte sème la terreur et la paranoïa dans le village et dans la région, d’autant plus qu’il est suivi d’autres profanations. Mais, un jour, un jeune homme est surpris en train de commettre des actes contre-nature dans une étable. Son nom est Favez, il est le coupable désigné.

1

Jacques Chessex est un auteur suisse, vaudois pour être exacte. Il a la particularité d’être le seul auteur helvétique à avoir reçu le prix Goncourt. Son autre particularité? Aborder des thèmes tels que le sexe, la mort ou la morale de manière peu politiquement correcte.

«Le Vampire de Ropraz» est clairement le genre de roman à éviter de lire en grignotant. Effectivement, certains passages concernant les profanations sont si impudiquement et méticuleusement détaillées que la nausée n’est jamais loin. De plus, on sent dans la prose de l’auteur, une délectation bestiale à décrire ces corps découpés, mâchés et recrachés. Pour ajouter une couche de joie et de bonne humeur à tout ça, l’auteur décrit la région du Jorat vaudois comme une terre pauvre et arriérée, gangrenée par le manque d’éducation, l’inceste, la pédophilie et le brigandage. Il dépeint un homme fou, dans une société folle. Il est possible qu’à cet instant, la plupart d’entre vous n’est plus très motivée à lire les écrits de Chessex…

Moi non plus, je ne sais pas vraiment si j’apprécie ce que Chessex écrit, car ses livres sont souvent une forme d’agression pour l’âme du lecteur, mais une chose est sure, c’est que j’aime comment il écrit ses romans. La prose de Chessex est vraiment magnifique. A la fois érudite et fluide, il sait décrire avec talent les sentiments, les atmosphères, les paysages, avec souvent une pointe d’ironie, très présente dans «Le Vampire de Ropraz».

«Ici on n’a pas de grands commerces, d’usines, de manufactures, on n’a que ce qu’on gagne de la terre, autant dire rien. Ce n’est pas une vie. On est même si pauvres qu’on vend nos vaches pour la viande aux bouchers des grandes villes, on se contente du cochon et on en mange tellement sous toutes ses formes, fumé, écouenné, haché, salé, qu’on finit par lui ressembler, figure rose, hure rougie, loin du monde, par combes noires et forêts.»

«L’hiver attise ces violences sous la longue neige amie des fous, les ciels rouges et bistre entre aube et nuit déshéritée, le froid et la mélancolie qui tend et ronge les nerfs. Ah j’oubliais l’effarante beauté des lieux. Et la pleine lune. Et les nuits de pleine lune, les prières et les rituels, les couennes de lard frottées sur les verrues et les plaies, les potions noires contre la grossesse, les rituels avec des poupées de bois mal dégrossi crevé d’épingles, martyrisé, et les sorts jetés par des fourbes, les prières pour la tache des yeux.»

«Le Vampire de Ropraz» n’est pas à mettre entre toutes les mains, mais les lecteurs sensibles à cette belle écriture ne devraient pas passer leur chemin ou peut-être pourraient-ils tenter la lecture d’autres romans de l’auteur comme «L’ogre», également perturbant, mais dans un registre moins horrifique.

En résumé, Chessex fidèle à lui-même: totalement dérangeant.

Jacques Chessex, «Le Vampire de Ropraz», 2007, chez Grasset et Le Livre de Poche.

challenge-justice-chez-yuko1

Publicités

3 réflexions sur “Le Vampire de Ropraz / Jacques Chessex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s