« Caramel », du sucre pour adoucir le quotidien

Embarquement immédiat pour Beyrouth, à la rencontre de femmes aussi diverses qu’attachantes.

caramel-poster-12

A Beyrouth, dans le salon de beauté «Si Belles» travaillent et se côtoient cinq femmes: Layale, la propriétaire du salon, qui a une liaison avec un homme marié; Nisrine qui craint que son futur mari découvre son inavouable secret; Rima, troublée par une charmante cliente à la chevelure soyeuse; Jamale, une cliente de longue date, qui se bat contre le temps qui passe et Rose, la couturière voisine du salon, qui tente de s’occuper tant bien que mal de sa soeur aînée foldingue.

1

«Caramel» c’est l’histoire du quotidien bancal (aussi bancal que l’en-tête du salon de beauté) de 5 femmes dans le Liban d’avant la guerre israélo-libanaise de 2006 (le film a été finalisé juste avant le début de la guerre). C’est une oeuvre surprenante puisque, à part l’actrice principale, Nadine Labaki, qui est également la réalisatrice du film, aucune des actrices n’est professionnelle, ce qui n’est absolument pas perceptible. Deuxièmement, on pouvait s’attendre avec son titre (qui fait référence à l’épilation traditionnelle orientale) à un film un peu mièvre et trop sucré, mais il n’en est rien.

caramel

«Caramel» raconte comment des femmes d’horizons et d’âges différents luttent contre le poids du carcan de la société (religion catholique et musulmane, virginité, peur de la vieillesse, etc.), tout en montrant également leur joie de vivre. Il dépeint aussi très bien comment un salon de beauté peut être à la fois un lieu représentatif du poids des conventions qui pèsent sur les femmes (ici les conventions de beauté), mais être également un espace de liberté où elles peuvent se retrouver entre elles et exprimer les difficultés de leur quotidien. Un excellent équilibre entre lourdeur et légèreté, perceptible également dans la conclusion du film qui est à l’image de son déroulement: doux-amer.

Caramel-Sukkarbanat

«Caramel» n’est pas un film révolutionnaire, c’est une comédie dramatique au découpage assez classique. Mais, son atmosphère, ses couleurs chaudes et sensuelles, ainsi que son juste dosage entre des moments de comédie et des thématiques lourdes en font un film très agréable à regarder.

Le test Bechdel:

Le film passe le test sans soucis avec ses nombreuses protagonistes féminines.

En résumé, un joli film libanais, à l’image de la cuisine du pays, plein de saveurs et équilibré.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s