« Les Adieux à la reine », dans les coulisses d’un chaos annoncé

Découverte de l’adaptation cinématographique d’un roman qui nous entraîne dans les dernières heures de la royauté française.

73358

2

Sidonie Laborde, orpheline, officie comme lectrice de la reine Marie-Antoinette. Fascinée par cette dernière, la jeune Sidonie est comblée par les compliments de la reine qui semble apprécier ses services et avoir de l’amitié pour elle. Mais, des rumeurs inquiétantes arrivent de Paris. Un chaos irréversible semble vouloir se déverser sur le château provoquant la panique des courtisans et des domestiques. Sidonie se met alors à craindre d’être séparée de la reine qu’elle chérit tant.

1

Sorti en 2012, «Les Adieux à la reine» de Benoît Jacquot adapte l’excellent roman du même nom, publié dix ans auparavant, et qui avait valu le Prix Femina à son auteure, Chantal Thomas.

J’aime beaucoup les reconstitutions historiques. Quoi de plus fascinant que de voir l’histoire se dérouler devant soi? Par contre, c’est un genre cinématographique très codifié et souvent sans surprise. «Les Adieux à la reine» à la grande qualité d’offrir une certaine originalité, sans pour autant casser les codes du genre.

photos_les_adieux_a_la_reine-1

Le scénario de ce film part sur une très bonne base. Le roman de Chantal Thomas est un livre qui dépeint un Versailles en apparence fastueux, mais un Versailles dont il ne faut pas trop gratter le vernis. Effectivement, si le luxe et les dorures sont bien là, c’est principalement pour le roi et la reine. Les courtisans, eux, sont souvent logés dans des tout petits logements et les domestiques doivent se contenter des sous-sols et des combles, pas toujours salubres. Et c’est dans cette perspective que Benoît Jacquot tourne son film (la comparaison film-livre s’arrête là, la lecture du livre remontant à trop longtemps…).

Les_Adieux_a_la_reine

«Les Adieux à la reine» montre essentiellement le point de vue du personnel de Versailles sur la période chaotique de l’avant-révolution. Une vision intéressante, car les domestiques ont beau être du peuple, ils sont terrifiés par cette révolution, au même titre que leurs maîtres et maîtresses. Malgré la servitude et l’ingratitude de leurs emplois, Versailles, c’est leur monde et la révolution menace de mettre à sac leur «maison».

Les-Adieux-à-la-reine2

«Les Adieux à la reine» se différencie des autres films sur cette période, car, au lieu de se baser sur les évènements, ce film se base sur les personnages et leurs émotions. C’est une oeuvre sur la panique, sur l’urgence. C’est également un film très sensuel qui met en avant des rapports d’amour et de fascination entre femmes. Du côté de la mise en scène, on remarquera les très belles scènes de couloirs bruissant d’inquiétude et éclairés à la bougie, une illustration parfaite l’angoisse ambiante.

Côté casting, le réalisateur a décroché la timbale avec Diane Kruger en Marie-Antoinette. Effectivement, quoi de mieux qu’une actrice avec un subtil accent germanique pour jouer cette reine autrichienne? De plus, Diane Kruger arrive à conjuguer de manière déconcertante un air naïf et frivole avec un côté hautement manipulateur. Je suis malheureusement moins charmée par Léa Seydoux, car elle semble avoir, dans tous les films que j’ai pu voir d’elle, cette même expression butée sur le visage.

Seul défaut du film, un début un peu lent qui semble présager un film en costume pas forcément passionnant. Mais, cela vaut la peine de persister pour découvrir la suite!

Le test Bechdel:

Le film met en avant essentiellement des personnages féminins, ce qui lui permet de passer le test sans problème.

En résumé, si vous aimez les récits historiques (ou justement si, peut-être, d’habitude vous ne les aimez pas), «Les Adieux à la reine» saura vous charmer!

Publicités

6 réflexions sur “« Les Adieux à la reine », dans les coulisses d’un chaos annoncé

    1. Il faudrait que je regarde encore d’autres films avec elle, mais pour l’instant j’ai effectivement l’impression qu’elle a toujours la même expression…

  1. J’ai aussi beaucoup aimé ce film. Je ne suis pas fan de Léa Seydoux dans tous ses films mais dans celui-ci j’ai trouvé que sa moue « butée » apportait un contraste intéressant avec sa situation d’inférieure. On a l’impression qu’elle croit manipuler les autres, elle se croit plus maligne que tout le monde.

    1. Alors je pense que son attitude est adaptée au rôle, mais c’est juste que j’ai l’impression qu’elle a toujours la même tête dans tous ses films…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s