Le confident / Hélène Grémillon

Critique d’un des gros succès de librairie de l’année 2010: un roman à la fois épistolaire, historique et dramatique.

leconfident

2

La mère de Camille vient de décéder. Parmi les nombreuses lettres de condoléances qu’elle reçoit, elle trouve une étrange enveloppe. Dans celle-ci, une longue lettre non-signée qui lui raconte la vie de personnes ayant vécu avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Camille croit d’abord à une erreur, mais les semaines passant et les lettres arrivant avec régularité, elle se rend compte que l’auteur de ces courriers lui raconte une histoire…

1

J’ai eu la chance de recevoir le roman d’Hélène Grémillon grâce au blog BookyBoop. «Le confident» est un roman que je n’aurais pas forcément lu, ayant souvent une grande réticence à lire ce que tout le monde lit (oui, j’ai un sens de la contradiction très développé…). Mais, je suis tout de même satisfaite par la lecture de ce roman, même s’il ne m’a pas laissée aussi émerveillée que beaucoup de lecteurs et lectrices.

Première chose, il est vrai qu’Hélène Grémillon maîtrise clairement le suspense et réussi à livrer un roman difficile à lâcher, un page turner en bon français. Effectivement, difficile de ne pas résister à l’appel du mystère derrière ces pages -l’identité de l’émissaire, l’identité des personnages et leur rapport à Camille, la lectrice-, même si l’on se doute rapidement que les courriers ne racontent pas simplement une histoire, mais l’histoire de la famille de Camille. De plus, l’auteur s’amuse à croiser les points de vue révélant les interprétations fausses des paroles et des actes des uns et des autres, renforçant la trame dramatique du roman. Je vais cependant m’arrêter là concernant le contenu de l’histoire, afin de ne pas ruiner la surprise à d’éventuels lectrices et lecteurs.

Il est important de rajouter que si le roman fonctionne si bien, c’est parce qu’il repose sur une base solide: un très joli style d’écriture

«Je n’ai jamais envisagé que mon mensonge me survive. Le propre d’un mensonge, c’est d’être découvert, démasqué, pas de devenir une vérité définitive. La vérité d’êtres humains qui vont exister et qui n’auront jamais le moyen de savoir».

et des faits historiques précis: la Deuxième Guerre mondiale et l’arrivée de l’armée allemande à Paris. Sachez également que le mystère lié à la localisation du village et de son église repose également sur des faits réels.

Alors pourquoi après tant de compliments, je ne suis pas ravie de ma lecture? Premièrement, parce que j’ai trouvé les personnages tout de même caricaturaux et que la fin du roman passe du dramatique au glauque de manière un peu gratuite. De plus, la répétition de certaines parties de l’histoire d’un autre point de vue n’est pas des plus passionnante, du fait qu’il n’y pas de grandes différences de style dans la façon d’écrire les différents personnages.

En résumé, un très intéressant premier roman, malgré quelques défauts pardonnables.

Hélène Grémillon, «Le confident», chez Plon et chez Folio.

Publicités

4 réflexions sur “Le confident / Hélène Grémillon

  1. Une collègue m’en a dit beaucoup de bien, et j’ai lu il n’y a pas longtemps une critique assez positive. Avec la tienne, ça me donne encore plus envie de l’ajouter à ma pal 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s